LES BETES DU SUD SAUVAGE, en voici d'abord le synopsis :

Huspuppy, six ans, vit dans le bayou avec son père. Brusquement, la nature s'emballe et la température monte, les glaciers fondent, libérant une armée d'aurochs. Avec la montée des eaux, l'irruption des aurochs et la santé de son père qui décline, Hushpuppy décide de partir à la recherche de sa mère disparue.

Ou comment un film superbe peut être mal défendu par un synopsis inepte ou du moins terriblement en deçà du propos du film de Benh Zeitlin, présenté à Un certain regard. Ah oui, vraiment, c'est bien autre chose ce film : une fable, une initiation, une traversée des apparences dans un incroyable décor d'eaux et de terres humides. Le regard de ce petit garçon nous prend et ne nous lâche pas. Par son regard, il faut comprendre sa perception des choses et des êtres. Mais rarement on a vu une telle intelligence dans ce parti pris qui évite tous les pièges de la mièvrerie. Les aurochs du synopsis sont-ils bien réels ? Peu importe, ils sont bien là dans la conscience de cet enfant et dans ce monde qui bascule. Mais où est-on exactement ? Dans quel Finistère, dans quelle Camargue, dans quel bayou américain, c'est du pareil au même. Et à quel moment ? On est pris sans cesse entre des récits préhistoriques (dont les aurochs sont les représentants inquiétants) et des fins du monde qui pourraient annoncer des renaissances. C'est peut-être après DE ROUILLE ET D'OS, le deuxième choc frontal de ce Festival, comme si ce film sans grand moyen, sans star, venait à point nommé comme MEKONG HOTEL pour dire la magie du cinéma. On ne sait quand ce sublime poème sortira sur les écrans mais on vous tiendra au courant. Car il serait dommage que vous ne puissiez à votre tour succomber aux charmes de ce récit premier, brut, rugueux.

Sinon, vous savez quoi, ne vous privez vraiment pas de découvrir sur franceinter.com les petites pépites de nos dessinateurs maison (Boulet puis Surcouf à partir de dimanche). La Croisette les met manifestement en verve !

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.