En préliminaire, ceci entendu hier à l'ouverture de la sélection Un certain regard dans la bouche du Président de ladite Sélection, Tim Roth : "Je suis heureux d'être dans une France socialiste."

Et sinon, le synopsis de MEKONG HÖTEL le film de Apichatpong Weerasethakul :

MEKONG HOTEL est un documentaire, un portrait d'un hôtel près du Mékong dans le Nord-est de la Thaïlande. Le fleuve y marque la frontière entre la Thaïlande et le Laos. Dans les chambres et les terrasses : Apichatpong a répété avec son équipe pour un film qu'il avait écrit des années auparavant, intitulé JARDINS D'ECSTASY. Le film mélange différents domaines, la réalité et la fiction, pour illustrer les liens entre une mère moitié vampire et sa fille, les jeunes amoureux et la rivière. Ayant été tourné au moment de grandes inondations en Thaïlande, le film aborde aussi en filigrane, la démolition, la politique, et les espoirs futurs partant à la dérive.

Mais que peut-on écrire après un tel résumé qui n'en est pas un, c'est à dire qui dit bien plus que le simple synopsis. Ah si, une précision, le tout en 1h01 ! Si, si. Et le miracle thaïlandais opère une fois de plus. Le même exactement qu'avec ONCLE BOONMEE. On croise en effet une vieille femme vampire qui se délecte des intestins d'un cadavre, à côté de deux amoureux qui se parlent face au fleuve. Comment l'alchimie nait-elle ? Mystère thaïlandais absolu ! Ce qui est en jeu ici est de l'ordre du songé éveillé, de la rêverie divagante et créatrice d'images. Le Mékong devient le lieu de toutes les chimères, jusqu'au générique de fin où c'est lui qui définitivement remporte la victoire du charme et du mystère. C'est un peu de la lanterne magique que l'on retrouve avec ce film. Comme un souvenir de l'essentiel du cinéma, d'images fortes en dialogues chuchotés, de lumière naissante en atmosphères délicates, de visages intemporels en ambiances fantomatiques. On vient aussi à Cannes pour avoir des nouvelles de l'éternité. Et chez oncle Weerasethakul, elle se porte bien, merci.

Mekong hotel
Mekong hotel © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.