Alexandre Perez est parti pour le festival de Cannes avec un smartphone et un attirail complet pour fabriquer des petits films à sa façon.

Alexandre Perez a été récemment récompensé d'un prix de la mise en scène au Mobile Film Festival pour Parking, et franceinter.fr l'a distingué en lui faisant gagner un billet d'avion pour le festival de Cannes. Sa mission : filmer avec son smartphone des instantanés pendant le festival et raconter 5 petites histoires brèves. Il concocte donc des petits bonbons vidéo à déguster sur canapé. Ce sera sa vision de Cannes et du Festival, qu'il connaît déjà.

Voici Alexandre Perez par lui-même, à l'écrit, en attendant ses images

Alexandre Perez
Alexandre Perez © Alexandre Perez

Mon parcours… J’avais 9 ans lorsque j’ai foulé la première fois un plateau ciné. C’était en tant que figurant sur Belphégor… Je ne veux pas rentrer dans le cliché du « déclic », je ne savais pas du tout comment j’avais atterri là… Une image me reste en tête cependant : celle d’un régisseur qui arrosait la rue (alors qu’on mourait tous de chaud) pour être « raccord ».C’est au lycée que j’ai commencé à cultiver mon envie de faire des images. Les montages entre amis, les vidéos qu’on a vite supprimées d’Internet. A 17 ans, la mairie de ma ville me confie la réalisation de la bande-annonce et le making-of d’un spectacle… J'y prends goût. Bac en poche, la FAC sonne à la porte. Je préfère arpenter les sites Internet des écoles de ciné plutôt que de suivre le cours de communication. Je tente le coup, les concours. Je suis pris à l’ESEC Paris, 3 ans d’études. Films, cas pratiques, analyses, rencontres, je finis ma dernière année en me spécialisant en production ciné et audiovisuelle. Je finis mon école, nous sommes en avril 2013.Ma période de stage commence sur la Croisette. Mai 2013, je suis l’assistant de Clara Massot, alors responsable de la sélection Cannes Classics pour le festival de Cannes.Mon premier Cannes, mes premières marches . Spielberg est au commande du Jury (ô oui). Expérience totale : stars, coulisses, protocole, projections, marches, palais, soirées, rencontres. On n'était pas nombreux à travailler sur cette sélection, petite équipe. On s’entendait bien… Les films en sélection à Cannes Classics plaisent aussi bien au petit étudiant de cinéma qu'au membre du jury qui vient aux projections, juste pour le plaisir. Je finis ma période de stage à De Films en Aiguille, pendant 6 mois afin de parfaire mes connaissances dans le monde de la production cinématographique. Très belle expérience, qui se solde par une embauche. Je travaille avec elles (Carole Lambert et Carine Ruszniewski) pendant 3 mois sur une série documentaire… Aujourd’hui je prépare mon retour à Cannes. Cannes est beau et protocolaire. Génératrice de récit. Tout est beau. Les robes, les femmes, les hommes, les voitures. Cannes fait rêver, Cannes est une belle machine. C’est le cinéma du nanar du marché du film à la montée des marches du dernier Godard en passant par le petit cinéaste qui réalise des films sur son smartphone. J’adore travailler en production mais je rêve de vivre ma vie en réalisant. Radio France et France Inter me permettent de continuer ce que j’ai commencé en janvier dernier avec Parking. Continuer à faire des films… à Cannes.Et après ? Les rames pour trouver du boulot ? Cannes est une parenthèse que je vais savourer.### Revoir Parking

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.