Le réalisateur coréen remporte la Palme d'or pour "Parasite". Emily Beecham et Antonio Banderas repartent eux avec les prix d'interprétation, et Ladj Ly avec le prix du jury pour "Les Misérables", ex æquo avec Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles pour "Bacurau". Six prix vont à des films France Inter.

Bong Joon-ho reçoit la Palme d'Or le 25 mai 2019
Bong Joon-ho reçoit la Palme d'Or le 25 mai 2019 © AFP / Valery HACHE

C'est la consécration cannoise pour le déjà très remarqué Bong Joon-ho. Après les formidables "Memories of Murder", "The Host", "Snowpiercer", ou "Mother", le réalisateur coréen mêlait comédie familiale et horreur sourde dans "Parasite", qui vient de remporter la Palme d'Or.

Dans le rôle à peine masqué de son réalisateur fétiche Pedro Almodóvar, Antonio Banderas remporte lui le prix d'interprétation masculine dans "Douleur et gloire", tandis qu'Emily Beecham est sacrée meilleure comédienne dans "Little Joe", de Jessica Hausner.

Le film français "Portrait de la jeune fille en feu" de Céline Sciamma est honoré par le prix du scénario. Autre film venu de l'hexagone et en résonance avec son actualité, "Les Misérables" de Ladj Ly repart avec le prix du jury, ex æquo avec "Bacurau" de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles.

Habitués du festival, les frères Dardenne ajoutent une statuette à leur collection avec "Le jeune Ahmed", prix de la mise en scène.

À noter également, le Grand prix pour "Atlantique", septième film de la jeune réalisatrice franco-sénégalaise Mati Diop, la mention spéciale du jury pour "It Must Be Heaven", d’Elia Suleiman, et la Caméra d’or pour "Nuestras madres" de Cesar Diaz.

Côté courts-métrages, la Palme d'or va à "La distance entre le ciel et nous", de Vasilis Kekatos, avec une mention spéciale pour "Monstruo Dios" de Agustina San Martín.

🎧 - Retrouvez le palmarès commenté "à chaud" par Eva Bettan, Jérôme Garcin et les critiques du Masque et la Plume

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.