Poupées Obi-Wan Kenobi et Dark Vador, 1978, Kenner fabricant, collection sciencefiction archives.com
Poupées Obi-Wan Kenobi et Dark Vador, 1978, Kenner fabricant, collection sciencefiction archives.com © libre de droits

Les fans le savent déjà, les autres vont le découvrir : le 4 mai, c'est la journée Star Wars. Pourquoi ? Parce que le 4 mai, en anglais, se dit "May the fourth". Comme dans la réplique culte : "may the force... be with you".

Le jeu de mots est approximatif, mais pour les Jedi (ou les Sith) en herbe, c'est le prétexte rêvé pour rendre hommage à la saga culte, imaginée par George Lucas à la fin des années 70.

Le 4 mai, c'est donc l'occasion pour les fans à travers toute la planète bleue (et sans doute jusqu'à une galaxie lointaine, très lointaine) de se déguiser, de ressortir les figurines tirées des films, voire tout simplement de visionner pour la énième fois l'intégrale de la double trilogie (trois épisodes sortis dans les années 70 et 80 et trois autres dans les années 2000).

Bref, le Star Wars Day, c'est du sérieux. Le reportage du Padawan Augustin Arrivé.

Une journée qui ne fait pourtant pas que des heureux. Ainsi, le site IGN dénonce (avec une bonne dose de second degré) cette journée dédiée à la glorification de l'Alliance rebelle (les "gentils" dans les films), qui sont pourtant des "traîtres à l'Empire" (celui du méchant Dark Vador). Dans une vidéo postée sur leur site, ils lancent "dites oui à l'Empire, dites non au 4 mai et aux Jedis" et assurent que la manifestation est contraire à toutes les lois édictées par l'Empereur galactique.

Un avertissement qui ne semble pas impressionner le mouvement Jedi.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.