Voici ce que les critiques ont pensé de "Adieu les cons" de Albert Dupontel (7 César dont meilleur film), "Adolescentes" de Sébastien Lifshitz (3 César), "Antoinette dans les Cévennes" (1 César) de Caroline Vignal, "Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait" d'Emmanuel Mouret et "Été 85" de François Ozon ?

César du meilleur film 2021 : ce que "Le Masque & la Plume" a pensé de "Adieu les cons" et des 4 autres nominés
César du meilleur film 2021 : ce que "Le Masque & la Plume" a pensé de "Adieu les cons" et des 4 autres nominés © Académie des César / 46e édition

CINÉMA | Les différents films à l'affiche passés au crible des critiques du Masque & la Plume sont à retrouver ici.

Retrouvez toutes les critiques du Masque & et la Plume au sujet des sept films nominés pour le César du meilleur film 2021 à l'occasion de la 46e cérémonie. 

"Adieu les cons" de Albert Dupontel 

▶︎ Le film a été nommé 12 fois et a remporté 7 Césars (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original, Nicolas Marié meilleur acteur secondaire, meilleure photographie, meilleurs décors, César des lycéens) bien que le cinéaste ait choisi de boycotter la cérémonie. Un film en partenariat avec France Inter. 

6 min

"Adieu les cons" d'Albert Dupontel

Par Jérôme Garcin

Jérôme Garcin présente le film : après Neuf mois ferme et Au revoir là-haut, Albert Dupontel nous propose de rejoindre trois personnages inadaptés à la société : un archiviste aveugle qui a la phobie des policiers, un informaticien dépressif aux pensées suicidaires et une quarantenaire décidée à retrouver l'enfant qu'elle a été forcée d'abandonner à 15 ans. Adieu les cons ne dit pourtant pas toujours adieu les clichés.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Même si elle le trouve moins piquant que ses précédents, Eva Bettan trouve que "Dupontel reprend tout ce qui fait son cinéma (sa mélancolie, son pessimisme, son inadaptation au monde, les décalages de tons) mais d'une manière plus distrayante".

Jean-Marc Lalanne déplore "un vieux comique français dont la noirceur du propos est noyée sous un déluge de bons sentiments et rend le film inopérant".

Xavier Leherpeur a trouvé que "le film fonctionnait bien et regorgeait d’idées", saluant au passage le jeu d'actrice de Virginie Efira qu'il trouve "bouleversante, magnifique, belle et touchante".  

Michel Ciment salue "un Dupontel hors des normes tant le cinéaste sait explorer le malaise des êtres dans la société dans laquelle ils vivent". 

🎧  RÉÉCOUTER - Adieu les cons, le nouveau Dupontel passé au crible des critiques du Masque et la Plume

"Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait" d'Emmanuel Mouret

▶︎ Le film a été nommé 13 fois mais sans avoir remporté de César. 

7 min

"Les Choses qu’on dit, les Choses qu’on fait" d'Emmanuel Mouret

Par Jérôme Garcin

Le film présenté par Jérôme Garcin : Emmanuel Mouret réunit Camélia Jordana, Niels Schneider, Vincent Macaigne, Émilie Dequenne et Louis-Do de Lencquesaing. C'est l’histoire de Daphné enceinte de trois mois. Son compagnon François doit partir travailler, laissant Daphné seule dans sa maison du Vaucluse, dans laquelle débarque son cousin Maxime, aspirant écrivain qui sort d'une histoire d'amour compliquée. Ils vont faire connaissance en se racontant leurs histoires d'amour respectives, avec beaucoup de flashback et de voix off.

C’est presque le parangon du film français.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour Eric Neuhoff c'est le cinéma de la délicatesse et de la légèreté. Un film à la fois très littéraire et très musical qui prouve que la parole, c'est l'action, rempli de romanesque comme s'il en pleuvait avec "des acteurs parfaits". 

Xavier Leherpeur salue lui aussi "un très grand film qui porte une ambition nouvelle portée par cette espèce de double temporalité, un récit d'une grande richesse, très épuré".

Sophie Avon touchée par "un réservoir exceptionnel d'humanité et d'émotions par lequel Mouret reste fidèle au style d’Emmanuel Mouret". 

🎧  RÉÉCOUTER - Les choses qu'on dit, les choses qu’on fait d’Emmanuel Mouret : l’avis du Masque

"Eté 85" de François Ozon

▶︎ Le film a été nommé 12 fois mais est reparti les mains vides. Un film en partenariat avec France Inter. 

10 min

"Eté 1985" de François Ozon

Par Jérôme Garcin

Le film présenté par Jérôme Garcin : avec Félix Fefebvre, Benjamin Voisin, Valeria Bruni-Tedeschi, Isabelle Nanty et Melvil Poupaud. Un film inspiré de La Danse du coucou, le roman d’Aidan Chambers. Au Tréport, en Haute-Normandie. Alexis, 16 ans est parti seul en mer sur un voilier, et il chavire. David, 18 ans vient le sauver. Le début d’une aventure amoureuse au dénouement tragique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Xavier Leherpeur sur la réserve tant il se demande "s'il fallait vraiment adapter ce roman au cinéma. S'il aime plutôt bien le film et l'histoire de ces deux garçons, selon lui, François Ozon peut mieux faire en termes de récit". Pareil pour Pierre Murat, qui "regrette que ce ne soit pas du grand Ozon". 

Si Charlotte Linpinska y "retrouve tous les motifs du cinéma habituels de François Ozon, c'est aussi un film éminemment personnel et très différent de ses films précédents. C'est ce qui en fait un cinéaste qui surprend toujours". 

S'il regrette que le film soit un temps soit peu surjoué et un peu attendu, Eric Neuhoff reconnait que "le film est sincère et sympathique". 

🎧  RÉÉCOUTER - Été 85 de François Ozon : un des grands films estivaux à voir d'après Le Masque & la Plume

"Antoinette dans les Cévennes" de Caroline Vignal

▶︎ Le film a été nominé 8 fois et a remporté un César (Laure Calamy meilleure actrice) 

8 min

"Antoinette et les Cévennes" de Caroline Vignal

Par Jérôme Garcin

Le film présenté par Jérôme Garcin : pour son deuxième film, Caroline Vignal nous emmène dans une école de la région parisienne quand Antoinette Lapouge se cache dans une classe pour embrasser passionnément son amant Vladimir, le père d'un de ses élèves. Vladimir avait promis de partir avec elle en vacances mais lui annonce qu'il préfère faire une randonnée dans les Cévennes avec sa femme et leur fils. 

Antoinette décide de poursuivre l'infidèle sur le fameux chemin de Stevenson. Antoinette loue un âne très récalcitrant. C'est alors le début d'une sorte de western cévenol absolument réjouissant. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Sophie Avon a eu "l'impression de se retrouver dans une jolie psychanalyse à ciel ouvert et qui, grâce à l'interprétation de Laure Calamy, absolument merveilleuse, éruptive, et subtile, en fait un film extraordinairement vivant". 

Xavier Leherpeur n'a pas du tout accroché : "je ne fais pas de psychanalyse et je n’aime pas beaucoup la campagne. Un scénario qui, à ses yeux, n’est pas toujours très subtil et est assez artificiel, bref un film aussi bourrin qu'un âne". Pierre Murat s'est lui aussi "ennuyé et dit n'avoir que très rarement souffert de la sorte, au point de se demander comment on pouvait produire un tel film". 

Eric Neuhoff a été épaté et salue une très bonne surprise ! Un film est tout à fait charmant, joli, sans prétention qui affiche une très grande liberté.

🎧 RÉÉCOUTER - Antoinette dans les Cévennes avec Laure Calamy : film réjouissant ou ennuyeux ? L'avis du Masque

"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz

▶︎ Le film a été nommé 6 fois et a remporté 3 César (meilleur documentaire, meilleur son, meilleur montage)

7 min

"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz

Par Jérôme Garcin

Le film présenté par Jérôme Garcin : un documentaire et un film où pendant plus de 2h, on suit l'histoire assez banale d'une amitié entre deux adolescentes très différentes mais inséparables : Emma et Anaïs, que le réalisateur a filmées depuis leurs 13 ans jusqu'à leur majorité, de la quatrième à la terminale, dans la ville de Brive-la-Gaillarde. C'est aussi le portrait de la France de ces cinq années-là. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Eric Neuhoff salue "un film très réussi sur la vraie vie où les gens filmés ont complètement oublié la caméra. On voit ces deux gamines grandir, l'incompréhension entre les générations, le temps qui passe…" 

Pierre Murat et Xavier Leherpeur se rejoignent pour reconnaître "toute l'humanité d'un film qui repose sur une magnifique mise en scène romanesque" et "saisie, d'après Sophie Avon, d'une grande intelligence quant à la retranscription des rapports mère-fille".  

🎧  RÉÉCOUTER - Sébastien Lifshitz : ses Adolescentes enthousiasment Le Masque et la plume