"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni à "Prova d'orchestra" de Federico Fellini, en passant par "Le Moment de la vérité" de Francesco Rosi, "Le Jardin des Finzi Contini" de Vittorio De Sica et "Cet obscur objet du désir" de Luis Buñuel. Ces comédies dramatiques idéales en temps de confinement.

Une sélection de grandes comédies dramatiques d'après les critiques du Masque & la Plume
Une sélection de grandes comédies dramatiques d'après les critiques du Masque & la Plume © Getty / miava

D'après les conseils de vos critiques cinéma :

  • Camille Nevers (Libération)
  • Charlotte Lipinska (Vanity Fair)
  • Éric Neuhoff (Figaro)
  • Eva Bettan (France Inter)
  • Jean-Marc Lalanne (Les Inrockuptibles)
  • Michel Ciment (Positif)
  • Nicolas Schaller (L’Obs)
  • Pierre Murat (Télérama)
  • Xavier Leherpeur (7ème Obsession) 

CINÉMA | Les différents films à l'affiche passés au crible des critiques du Masque & la Plume sont à retrouver ici.

"Cet obscur objet du désir" de Luis Buñuel (1977)

6 min

"Cet obscur objet du désir" de Luis Buñuel (1977)

Par Jérôme Garcin

Le dernier film de Luis Buñuel, coécrit avec Jean-Claude Carrière et inspiré du roman La femme et le pantin de Pierre Louÿs. Avec Fernando Rey dans le rôle du Français qui s'enflamme assez vite pour une belle Andalouse à laquelle Buñuel - c'est peut-être le plus original du film - donne deux visages : celui de Carole Bouquet et celui d'Àngela Molina. Film de la frustration amoureuse qui d'ailleurs, symbolisait un moment donné par une ceinture de chasteté qui procède par flashback puisque dans le train qui le ramène à Paris, Mathieu raconte à ses compagnons de voyage la relation très orageuse qu'il a eue avec Conchita, avec en toile de fond, le terrorisme. 

▶︎ Disponible en VOD sur Canal , La Cinetek et Universciné.

Camille Nevers

C'est un film bicéphale, un film monstre, complètement fou.

Jean-Marc Lalanne

"Le film est très intense et très profond. C'est un film hanté par la fin d'une vie humaine. Un film testamentaire où règne quelque chose de farcesque, de ricanant, travaillé par une très grande douleur puissante".

Michel Ciment

"Un très grand film, Buñuel est l'un des très grands cinéastes de l'histoire. C'est une contradiction folle que notre époque n'est pas prête de comprendre".

"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni (1960)

6 min

"L’Avventura" de Michelangelo Antonioni (1960)

Par Jérôme Garcin

Un film de presque 2h30, le premier d'une trilogie qui compte la nuit en 1961 et l'Eclipse 1962. Dans ce film, qu'Antonioni qualifiait lui-même "d'amère et souvent douloureux",  Anna, une jeune Romaine (Léa Massari) embarque pour une balade sur un yacht en Méditerranée avec son fiancé architecte qu'elle doit épouser, mais n'est plus vraiment sûre d'aimer. C'est Sandro, Gabriele Ferzetti. Une bande d'amis les accompagnent, dont Monica Vitti dans le rôle de Claudia, la meilleure amie d'Anna, et au moment de repartir de l'île sur laquelle ils ont passé la journée, plus d'Anna, elle a disparu. Claudia et Sandro partent à sa recherche et c'est le début de leur histoire d'amour avec, évidemment, l'angoisse de voir Anna réapparaître. 

Pour Martin Scorsese, "visuellement, sensuellement, thématiquement, dramatiquement, c'est l'une des grandes œuvres du cinéma". C'était aussi un tournage très compliqué puisque Léa Massari a eu une crise cardiaque pendant pendant le tournage et que, quand le film est sorti à Cannes, il a été totalement hué par les spectateurs, mais il a quand même reçu le prix du jury.

▶︎ Disponible sur la Cinetek

Charlotte Lipinska 

"C'est absolument sublime à voir, magnifié par le noir et blanc. Un film qui s'étire, certes, parce que c'est le temps des sentiments, ce ne sont pas des questions de coup de foudre, ça prend du temps". 

Pierre Murat 

C'est un brouillon absolument génial.

Eric Neuhoff 

Un film magnifique et complètement inclassable. Le cadrage est étudié au centimètre et l'histoire est d'un romanesque. Une fois qu'on est dedans, on se dit que ce type-là a été inventé pour le cinéma. Ils sait tout filmer".

"Le Jardin des Finzi Contini" de Vittorio De Sica (1970)

7 min

"Le jardin des Finzi-Contini" de Vittorio De Sica

Par Jérôme Garcin

Adapté du roman de Giorgio Bassani, un film qui a remporté l'Ours d'or à Berlin et l'Oscar du meilleur film étranger avec Dominique Sanda, Helmut Berger, Lino Capolicchio, Fabio Testi, Romolo Valli. La chronique en pleine montée du fascisme et de l'antisémitisme dans l'Italie mussolinienne de 1938, la chronique des relations amicales et amoureuses entre jeunes de la bourgeoisie et de l'aristocratie juive de Ferrare, avec, au centre du récit, le vaste domaine des Finzi Contini comme coupés du monde en marche, derrière ces murs où l'on refuse de croire encore à la menace, alors que pourtant, les Juifs sont interdits aussi bien d'université que de cours de tennis. 

▶︎ Disponible en VOD sur Canal

Charlotte Lipinska 

"J'ai été bouleversée par la beauté plastique du film, le travail sur la lumière. On voit les saisons passées dans ce jardin comme la métaphore d'un monde qui disparait, tel un îlot d'insouciance à tout ce qui se passe au-delà des murs de cette magnifique propriété. Un film flamboyant qui se construit autour des sentiments amoureux".

Xavier Leherpeur

Le film est une sorte de piège du temps qui s'est arrêté. C'est un chef d'œuvre absolu.

Eric Neuhoff

"Un film presque trop joli qui prouve de façon très décorative que l'élégance et la culture ne peuvent rien contre la barbarie".

"Le Moment de la vérité" de Francesco Rosi (1965)

4 min

"Le moment de la vérité" de Francesco Rosi

Par Jérôme Garcin

Un film sans scénario préétabli ni acteur professionnel. Le film raconte l'ascension vers la gloire des arènes d'un jeune homme très pauvre, paysan andalou, puis prolétaire barcelonais, qui est devenu torero. L'idée est née lors d'un voyage en Espagne franquiste de Francesco Rosi qui travaillait alors au montage de "Main basse sur la ville" quand il est parti filmer les fêtes de la Saint-Firmin à Pampelune avec le célèbre Miguelìn dans le rôle évidemment du torero. 

▶︎ Ressorti en DVD et Blu-Ray chez StudioCanal. Disponible en VOD sur Universciné et sur Canal

Xavier Leherpeur 

"Je déteste la corrida et j'adore ce film presque documentaire, âpre, méchant, extrêmement politique, qui raconte l'Espagne dans sa culture, dans ses contradictions". 

Jean-Marc Lalanne

Un film extrêmement poignant.

Michel Ciment

Le film montre comment la corrida est, pour le peuple espagnol, une façon de chercher une réponse à son angoisse de vivre. Un film magistral visuellement, on n'a jamais vu la corrida de cette façon".

"Prova d'orchestra" de Federico Fellini (1978)

3 min

"Prova d’orchestra" de Federico Fellini

Par Jérôme Garcin

Un orchestre qui répète une œuvre de Nino Rota dans un oratoire qui date du XIIIe siècle, les musiciens se confient à une équipe de télé venue filmer la répétition et le maestro, on ne peut plus cassant et méprisant pour son orchestre, qui va se révolter.

▶︎ Disponible en VOD sur Universciné

Eric Neuhoff

"C'est l'éloge du chef et pas seulement du chef d'orchestre. On voit que même une œuvre d'art a besoin de règles. Le film est très marrant et vivant avec un côté populaire aux multiples facettes".

Xavier Leherpeur

"C'est un film sur la lutte des classes à l'intérieur d'un orchestre, avec les instruments nobles contre les instruments roturiers, les cordes contre les cuivres". 

Michel Ciment 

"Un très grand film qui montre comment le désordre amène l'ordre. Dans une période très semblable à la notre, déstabilisée, on voit comment ce désordre général aboutit au culte du chef après que les musiciens ont semé la panique". 

Aller plus loin

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Toutes les autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.