Cinquante nuances de Grey
Cinquante nuances de Grey © Universal Pictures International France

Ce dimanche 22 février, le Masque et la Plume s’intéresse à l’actualité du cinéma, avec cinquante nuances de … critiques grâce à Danièle Heymann (Marianne), Jean-Marc Lalanne (Inrockuptibles), Jérôme Garcin (Nouvel Observateur), Eric Neuhoff (Figaro) et Pierre Murat (Télérama).

À défaut de les animer, Cinquante nuances de Grey - le film aux deux millions de spectateurs en une semaine - a beaucoup fait rire les critiques pendant l'émission du 22 février. Le film de Sam Taylor-Johnson a mis tout le monde d’accord : Il est d’un ennui total. Voici leurs réactions :

Danièle Heymann :

Non seulement ce film est extraordinairement ennuyeux, mais il est parfaitement chiant. On s’ennuie à mourir (…) Il faut attendre une heure avant qu’on ne l’attache pour la première fois au lit. Il faut attendre une demi-heure avant la première fessée(…) Le seul moment où l'on s’envoie en l’air, c’est avec un hélicoptère et un planeur. C’est effrayant ! Lui, il ressemble à Ken. Elle, elle joue comme une pantoufle mais elle a un corps absolument ravissant… Voilà.

Eric Neuhoff :

On craignait le pire et on avait tort, c’est encore pire. C’est un monument de ridicule et d’ennui. En plus, c’est d’une hypocrisie totale, d’une pudibonderie… On ne voit rien (…) C’est d’un ridicule absolu. Et alors ce milliardaire, on ne sait pas comment il gagne son fric, il a 27 ans, un charisme de bulot (…) Il connaît par cœur Jane Austen, c’est aussi crédible qu’un ministre de la Culture qui aurait lu Modiano (…) Et alors les cravaches, les menottes... Cette pauvre fille là, on se demande ce qui lui arrive…

Pierre Murat :

Moi j’avais sorti une feuille de papier en me disant qu’au moins j’allais trouver quelques répliques drôles, quelques petits trucs ridicules… Mais ce n’est même pas ridicule, c’est d’un ennui total, il n’y a même pas une réplique que l’on pourrait citer pour faire rire l’assemblée. Il n’y a rien. En plus, les scènes durent 30 secondes, il la suspend pendant 30 secondes, trois petites claques sur les fesses et hop, c’est terminé.

Jean-Marc Lalanne :

C’est vrai que le film est incapable de retransmettre une émotion érotique. Ce n’est absolument pas excitant et en plus c’est un peu désagréable, voire un peu dégueulasse. Moi aussi je pensais que ça allait être l’initiation d’une jeune femme qui allait découvrir le plaisir de la soumission, mais ce n’est pas ça du tout en fait. Au contraire, elle va essayer de sauver l’homme dominateur de sa sexualité qui est totalement diabolisée. Le film a un regard extrêmement puritain sur un type de sexualité.

►►► Réécoutez l'intégralité du Masque et la Plume, spécial " Les films de la quinzaine"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.