Pour la cinquième et dernière fois, Sylvester Stallone se remet dans la peau du vétéran du Vietnam John Rambo et ressort son grand arsenal pour s'en aller sauver une jeune fille kidnappée par des trafiquants de drogues à la frontière avec le Mexique. Pour les critiques du Masque et la Plume, c'était un Rambo de trop...

 "Rambo: Last Blood" : Sylvester Stallone
"Rambo: Last Blood" : Sylvester Stallone © Universum Film GmbH

Le film présenté par Jérôme Garcin 

C'est le 5e épisode de la série avec, bien sûr, Sylvester Stallone, 73 ans, où notre vieux soldat, retour dans son ranch, reprend du service pour aller sauver, au Mexique, la fille d'un ami kidnappée, droguée et prostituée par un cartel de la drogue.

Nicolas Schaller : "Rambo c'est la face B de Stallone et tout ce qu'il y a de pire"... 

"On peut dire qu'au moins la saga a le mérite d'une forme de constance puisque chaque épisode est plus mauvais que le précédent.. Là on arrive au fond du fond

Ce qui est terrible chez Rambo c'est qu'on réalise qu'il a tué des Vietcongs, des Afghans, des Russes... Mais il n'a jamais été aussi bon que quand il tuait des policiers Américains dans le premier film... Le premier était en effet une bonne série B. Cette série est incompréhensible car il a réussi, avec Rocky et avec Creed, quelque chose de digne, de vraiment assez beau et touchant et, là, Rambo c'est vraiment la face B de Stallone et tout ce qu'il y a de pire. C'est même pas un film digne d'être regardé, c'est une bouillie filmique informe, physique, c'est triste... 

C'est très problématique car il n'y a même plus le côté nanar assez amusant où on le voit dégommer de manière un peu BD des hordes de Vietcong, c'est un film vraiment problématique même sur ce que cela raconte de la frontière avec le Mexique, la gratuité de la vengeance... 

On a l'impression d'être seulement dans le plaisir de le voir étriper les ennemis... 

Il arrache même un cœur avec la main.... C'est très triste car Stallone aurait pu profiter de cette légende qui s'est créée de manière presque disproportionnée autour de ce personnage et n'en fait finalement rien alors qu'il y avait vraiment quelque chose à faire autour du personnage... 

"Rambo : Last Blood" : Sylvester Stallone
"Rambo : Last Blood" : Sylvester Stallone / Universum Film GmbH

Pour Michel Ciment, en plus d'être "un navet, le film est fasciste, raciste et de mauvaise conscience"... 

C'est un navet... Alors qu'il y a des articles consacrés partout sur le film, il est même honoré au festival de Cannes alors que c'est un film raciste sur les Mexicains... C'est l'horreur absolue... C'est un film fasciste car il ne faut pas tenir compte de la police ni de la justice, tout est pourri... 

Il n'y a que la vengeance personnelle qui compte, c'est un film atrocement filmé avec des gros plans... Le type ne sait rien faire de l'espace... 

Je trouve cela hallucinant qu'un grand quotidien de référence tel que Le Monde mette cela au-dessus d'une affaire de famille (en référence au film de Cédric Khan "Fête de famille"), et trouve à Rambo, ce film ignoble au degré zéro du cinéma américain, des qualités. Il n y a d'ailleurs dedans aucune mauvaise conscience de l'Amérique... D'ailleurs Rambo ça coïncide avec le moment où Reagan était devenu président des États-Unis pour critiquer les gens qui s'en prenaient au Vietnam car il fallait réhabiliter es combattants du Vietnam. Il n y avait pas de mauvaise conscience. La série c'est de pire en pire... 

Charlotte Lipinska ne sait même pas comment qualifier le film... 

Un ami m'a dit peu avant que je vois le film : "tu verras c'est au-delà de la bouze...". 

Moi je me suis demandée comment un film pouvait être comme cela ? 

Ce qui est assez fascinant, c'est que Sylvester Stallone ne peut plus affronter seul 80 Mexicains armés jusqu'aux dents donc il est malin et se transforme en papy bricoleur, il se transforme en MacGyver qui va construire lui-même tous les pièges dans lesquels il va produire une vraie bouillie, un carnage, une charcuterie totale dans des sous-sols qu'il a construits sous sa maison. 

"Rambo : Last Blood" : Sylvester Stallone
"Rambo : Last Blood" : Sylvester Stallone / Metropolitan FilmExport

En version française et en 4DX, on est mort de rire pendant une heure et les fauteuils bougent avec de l'eau qui est envoyée sur le spectateur, de plus quand ils se bastonnent on reçoit des coups dans le dos... 

Éric Neuhoff ne l'a pas vu...

J'attends Rambo contre Rocky...

Le film

► Sortie en salles le 25 septembre 2019

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos de ce film sur le plateau du Masque et la Plume :

5 min

"Rambo : last blood", d’Adrian Grunberg : les critiques du Masque et la Plume

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Toutes les autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.