C’est d’abord le regard qu’on porte sur lui qui fait le « monstre » - tour à tour phénomène de foire, infirme ou objet scientifique. Le cinéma ne s’y est pas trompé, abordant de multiples façons cette question de l’altérité monstrueuse. Entre attraction, attirance et répulsion, le monstre exerce une fascination, le désir de regarder. La preuve en 68 films !

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.