Le mensuel « Positif » n’est pas à proprement connu pour son côté plaisantin… Certes, « Positif à la plage » le numéro Hors série été 2009 qu’il vient de publier ne relève pas de la franche rigolade, mais il joue avec succès la carte de la décontraction er des vacances incluse dans le titre choisi. Plage et cinéma : les déclinaisons sont nombreuses, certaines ludiques (Brice, James Bond, etc), d’autres plus sérieuses. Parmi ces dernières, on accordera un attention particulière au bel article de Michel Chion, « Les sons à la plage : Visconti, Spielberg, Rohmer », avec de pertinentes analyses « sonores » sur ces trois univers cinématographiques radicalement différents même quand ils sont… littoraux. Sur le cinéaste italien notamment, on redécouvre avec délectation les sons parfaitement trompeurs de la plage de « Mort à Venise ». Ailleurs, avec d’autres articles, les promenades sur les plages méditerranéenne ou bretonne, même partielles et partiales, méritent le détour et permettent, si besoin était, de prouver avec éclat l’importance de la plage comme lieu du cinéma.On a malgré tout envie de pointer quelques curieux déséquilibres : rien sur Varda et ses plages face à deux pages sur le surf, il y a de quoi faire un peu grise mine. Sans jouer les grenouilles de bénitier de l’orthodoxie cinéphile, on est en droit d’attendre un peu plus de révérence et de déférence. Entre le « ça farte » du crétin jaune et les miroirs d’Agnès V., on a la faiblesse de penser que les seconds méritaient un peu d’attention. Quant à la photo de couverture (Monroe sur la plage en pin up mutine), on lui préfère nettement le Doinel des « 400 coups » en ce cinquantième anniversaire de la Nouvelle … vague : sa course sur la plage a plus de sens maintenant que ce glamour décalé et un peu suranné.Mais, il ne faut pas bouder son plaisir et on lira avec bonheur les entretiens qui terminent ce Hors série. Rohmer, Doillon, Leconte, Breillat et Ozon jouent aux plagistes plus ou moins inspirés. La palme de la drôlerie revenant à Doillon qui déclare : « La mer ne m’a jamais beaucoup intéressé. Se mettre devant la mer et patienter des heures à la regarder, je trouve ça pire que de lire l’Almanach Vermot. Il n’y a pas de spectacle plus soporifique. » Ce petit brin de contestation interne est parfaitement réjouissant. Tout comme les jeux, quizz et autres mots croisés qui scandent ce numéro que l’on trouve évidemment en kiosque. Ce n’est pas tous les jours que « Positif » se transforme en « Télé 7 jeux ». Tant mieux si l’envie vous vient de lire ce numéro atypique.La phrase du jour ?« Un être peut se sentir seul, malgré l’amour des autres, s’il n’est le « préféré » de personne.Anne Franck, « Journal » , mercredi 29 décembre 1943

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.