Diversité du cinéma américain, grandes productions hollywoodiennes et films indépendants, découverte de nouveaux talents… toute la diversité du Festival du cinéma américain de Deauville !

Festival du cinéma américain de Deauville 2018
Festival du cinéma américain de Deauville 2018 © Olivier Vigerie

Le Festival du cinéma américain de Deauville a confié la Présidence de son jury a Catherine Deneuve pour sa 45è édition. L’actrice est aujourd’hui, de par le monde, le cinéma incarné. Par ses choix, elle personnifie toutes les valeurs du Festival de Deauville : élégance, beauté et modernité et bien plus encore… Son talent l’a conduite sur la route des plus grands réalisateurs de Jacques Demy, en passant par François Truffaut, Luis Buñuel, Roman Polanski, Robert Aldrich, Marco Ferreri, Tony Scott, Manoel de Oliveira, Philippe Garrel, Raoul Ruiz, André Téchiné, Arnaud Desplechin, Emmanuelle Bercot ou encore Lars von Trier…

Le cinéma est un langage et les films le dialogue du monde ; ainsi se dessine une grammaire poétique qui s’enrichit et évoluent des talents nouveaux.

Bruno Barde, Directeur du festival

Le jury 2019 est composé d’Antonin Baudry (réalisateur, scénariste et écrivain), Claire Burger (monteuse, réalisatrice et scénariste), Jean-Pierre Duret (ingénieur du son et réalisateur), Valéria Golino (comédienne, réalisatrice et productrice), Vicky Krips (comédienne), Gaël Morel (réalisateur, scénariste et comédien), OrelSan (musicien, réalisateur et comédien), Nicolas Saada (scénariste et réalisateur) et Gaspard Ulliel (comédien).

Anna Mouglalis sera la présidente du jury Révélation de la 45e édition du Festival du cinéma américain de Deauville., pour affirmer l’avenir d’un réalisateur. Les personnalités honorées seront la mémoire de cette édition.

►►► Les Deauville Talent Award 2019 avec :

  • Kristen Stewart : elle n’a pas encore trente ans mais déjà vingt ans de carrière derrière elle. Son parcours imprévisible et stimulant, de la franchise mondialement célèbre au cinéma d’auteur le plus exigeant, trace une voie singulière dans le cinéma américain contemporain.
  • Sienna Miller : Outre sa carrière de comédienne, Sienna Miller est également ambassadrice pour le compte de l’organisation International Medical Corps. Elle sera prochainement à l’affiche du thriller d’action 21 Bridges de Brian Kirk, dans lequel elle incarne une agente des forces de police de New York en pleine chasse à l’homme et donne la réplique à Chadwick Boseman et J. K. Simmons.
  • Geena Davis : Récompensée par un Oscar, Geena Davis est l’une des comédiennes les plus respectées d’Hollywood par ses rôles dans des films devenus des marqueurs culturels, mais aussi une fervente défenseure de l’égalité hommes-femmes dans les médias.

►►► Les nouveaux films de deux cinéastes de premier plan seront présentés en Ouverture et Clôture de cette édition 2019, en première française : Un Jour de pluie à New York de Woody Allen en Ouverture et Wasp Network d'Olivier Assayas en Clôture. Ce dernier viendra recevoir le samedi 14 septembre le Prix du 45e Festival du cinéma américain de Deauville.

►►► Soucieux de rassembler tous les publics et de célébrer les 10 ans de Deauville Saison, la section consacrée aux séries, le Festival du cinéma américain de Deauville offrira sur grand écran un marathon de plus de 70 heures de l’intégralité des 8 saisons de la série Game of Thrones. Les 73 épisodes de la série multi récompensée seront diffusés à raison d’une saison par jour du samedi 7 au samedi 14 septembre 2019. Cette exclusivité mondiale est rendue possible grâce à OCS.

Festival du cinéma américain de Deauville
Festival du cinéma américain de Deauville / Olivier Vigerie
Festival du cinéma américain de Deauville
Festival du cinéma américain de Deauville / Olivier Vigerie
Festival du cinéma américain de Deauville
Festival du cinéma américain de Deauville / Olivier Vigerie

Les films en compétition :

  • Bull d’Annie Silverstein : Après avoir saccagé la maison de son voisin dans un acte juvénile purement gratuit, Kris, une adolescente de 14 ans vivant dans la banlieue pauvre de Houston, donne l’impression de suivre le chemin de sa mère qui purge actuellement une peine de prison. Devant faire amende honorable, elle est obligée de prêter main-forte à Abe Turner, le propriétaire de la maison vandalisée et ancienne gloire du rodéo. En accompagnant ce dernier sur les circuits du Texas, elle se découvre une passion pour l’art de monter les taureaux à cru. Mais lorsqu’elle retourne chez elle, les mauvaises fréquentations ne sont jamais très loin...
  • Ham on rye de Tyler Taormina : Tous les adolescents de la ville natale de Haley se parent de leurs plus beaux atours pour, comme il est de coutume de dire, « le plus important jour de leur vie ». Enthousiastes, ils traversent la ville en ordre dispersé, en route vers un destin inconnu. Haley, en revanche, marche d’un pas plus réticent, sceptique sur le bien-fondé de cette tradition éculée au rite de passage étrange qui les attend au bout du chemin. Arrivés à l’épicerie du quartier, une curieuse cérémonie va décider du sort de leur génération, amenant certains adolescents à échapper à leur banlieue et condamnant les autres à y rester...
  • Judy and punch de Mirrah Foulkes : Notre histoire se déroule au XVIIe siècle dans la petite ville de Seaside, qui, malgré son nom, est située en pleine campagne. Les pauvres hères de cette bourgade laissée à l’abandon, gangrénée par la corruption et la violence, doivent subir chaque jour les foudres de l’ordre moral et religieux. Dans ce chaos ambiant, les marionnettistes Judy et Punch tentent de faire renaître leur spectacle de marionnettes. Leurs représentations deviennent rapidement populaires grâce au talent unique de Judy à donner vie à ses pantins. Mais l’ambition démesurée de Punch et son penchant pour le whisky auront bientôt tragiquement raison du duo, poussant Judy à se venger...
  • Knives and skin de Jennifer Reeder : À la suite d’un rendez-vous nocturne, Carolyn Harper ne réapparaît passez chez elle, dans sa petite ville bien trop tranquille de l’Illinois. Sa mère, qui dirige la chorale du lycée, est dévastée. Mais ses appels à l’aide ne sont guère entendus que par un shérif qui peine à démarrer l’enquête : son entourage semble comme indifférent à l’absence de cette jeune fille qu’on connaissait mal. En réalité pourtant, c’est une onde de choc que provoque cette disparition, qui renvoie chacun à sa propre peur de ne pas exister, et qui va faire naître de nouveaux rapports au sein de la communauté...
  • Mickey and the bear d’Annabelle Attanasio : C’est le mois d’avril à Anaconda, dans le Montana. Mickey Peck, adolescente déterminée, a la lourde responsabilité́ de s'occuper seule de son père, un ancien combattant à l’humeur changeante devenu accro aux opiacés et qui n’arrive pas à faire le deuil de son épouse. Elle rêve en secret d’aller étudier à l’université sur la côte ouest et d’être enfin libre. Le jour où l'opportunité́ se présente de quitter pour de bon le foyer, elle doit choisir entre ses obligations familiales et le désir de se réaliser…
  • Watch list de Ben Rekhi : Contrainte d'élever seule ses trois enfants après le meurtre de son mari dans des circonstances mystérieuses, Maria plonge dans le monde interlope de Manille pour mener l'enquête, mais réalise qu'elle va devoir se confronter à sa propre noirceur pour permettre à sa famille d'être à l'abri.
  • The wolf hour d’Alistair Banks Griffin : Juillet 1977, New York. June Leigh, ancienne romancière à succès en panne d’inspiration, est retranchée dans son appartement du Bronx. Alors que de violentes émeutes et pillages plongent la ville dans le chaos, June est harcelée par un mystérieux individu...
  • The Peanut Butter falcon de Tyler Nilson et Michael Schwartz : Zak, un jeune homme atteint de trisomie, s’enfuit de son foyer pour réaliser enfin son rêve : rejoindre l’école de catch de Salt-Water Redneck, une vieille gloire de ce sport, et devenir catcheur professionnel. Il rencontre Tyler, une petite frappe en cavale, qui va devenir son improbable coach et compagnon de route. Ils vont remonter ensemble les rivières, échapper à leur poursuivant, boire du whisky, rencontrer Dieu, attraper du poisson et convaincre Eleanor, une aide-soignante dévouée trimbalant ses propres démons, de les accompagner en chemin.
  • The lighthouse de Robert Eggers : L’histoire hypnotique et hallucinatoire de deux gardiens de phare sur une île mystérieuse et reculée de Nouvelle-Angleterre dans les années 1890.
  • The Climb de Michael Angelo Covino : Kyle et Mike sont deux meilleurs amis aux tempéraments très différents mais dont l’amitié a toujours résisté aux épreuves de la vie. Jusqu’au jour où Mike couche avec la fiancée de Kyle... Alors que l’amitié qui les lie aurait dû être irrémédiablement rompue, un événement dramatique va les réunir à nouveau.
  • Swallow de Carlo Mirabella-Davis : Hunter semble mener une vie parfaite aux côtés de Richie, son mari qui vient de reprendre la direction de l’entreprise familiale. Mais dès lors qu’elle tombe enceinte, elle développe un trouble compulsif du comportement alimentaire, le Pica, caractérisé par l’ingestion d’objets dangereux. Son époux et sa belle-famille décident alors de contrôler ses moindres faits et gestes pour éviter le pire : qu’elle ne porte atteinte à la lignée des Conrad... Mais cette étrange et incontrôlable obsession ne cacherait-elle pas un secret plus terrible encore ?
  • Skin de guy Nattiv : Un jeune homme désorienté, élevé par un groupe de skinheads suprémacistes blancs dont il est un illustre membre, décide de renoncer à toute haine et violence pour une nouvelle vie. Bien que soutenu par un activiste noir et la femme qu’il aime, trahir ceux qui lui ont tout donné, y compris la colère, le mènera dans une situation inextricable.
  • Share de Pippa Bianco : Après avoir découvert une vidéo d’une soirée dont elle ne se souvient absolument pas, Mandy, 16 ans, doit comprendre ce qui lui est arrivé avant que la situation ne dégénère.
  • Port authority de Danielle Lessovitz : C’est l’histoire d’une rencontre entre un jeune homme blanc qu’on prend pour un loser et qui tente de survivre dans un New York qui ne veut pas de lui, et une famille de danseurs noirs et queer de Harlem adeptes du voguing. Parmi eux, il y a une fille superbe. Mais voilà, elle n’est pas seulement une fille superbe…
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.