La Berlinale a couronné le film du réalisateur israélien Nadav Lapid. "Synonymes" est directement inspiré de sa vie à Paris au début des années 2000.

Tom Mercier
Tom Mercier © Guy Ferrandis / SBS Productions

L'histoire : Yoav, un jeune Israélien, atterrit à Paris, avec l'espoir que la France et le français le sauveront de la folie de son pays.

Au début des années 2000, Nadav Lapid entame des études de philosophie, écrit dans un hebdomadaire branché et écrit des nouvelles. Il le reconnait :"le cinéma ne m’intéressait pas particulièrement, et globalement la vie était belle." 

Mais un jour – c’est comme si j’avais entendu une voix surgie de nulle part, comme Jeanne D’arc ou Abraham le patriarche – j’ai compris que je devais quitter Israël. 

"Dix jours plus tard j’ai atterri à Charles de Gaulles. J’ai choisi la France à cause de mon admiration pour Napoléon, ma passion pour Zidane, et à cause d’un ou deux films de Godard que j’avais découvert deux mois auparavant."

Grâce à un ami, il s'initie au cinéma : "Il m’a appris que le cinéma pouvait être un objet de réflexion et de débat. Il m’a fait comprendre que la seule chose qui est aussi belle qu’un beau film, est la capacité de parler du film, de penser le film, d’écrire sur le film."

Nadav Lapid décide de tenter sa chance à la Femis, une école qui représentait pour lui le ticket d’entrée du cinéma, de la France, et du cinéma français. Mais il est recalé à la dernière étape du concours. "C’est alors qu’une maison d’édition israélienne a décidé de publier un recueil de mes nouvelles se souvient-il. Paris me paraissait comme une voie sans issue. Avec le sentiment d’une défaite totale, j’ai tourné le dos à la France pour retourner en Israël."

Synonymes est le 3ème long métrage de Nadav Lapid. A découvrir en salle le 27 mars 2019

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.