Le festival de Cannes a souhaité rendre hommage à Alain Delon. Après quelques hésitations, celui-ci a accepté. Une Palme d'honneur pour saluer la carrière de l'acteur qui, même si son histoire avec le festival est tumultueuse, y est venu plus d'une fois en compétition.

Alain Delon pendant le photocall
Alain Delon pendant le photocall © Getty

Avant de recevoir sa Palme d'honneur, Alain Delon s'est prêté à tous les incontournables du Festival : le photocall, le bain de foule, le tapis rouge, la montée des marches...

Alain Delon sur le tapis rouge du festival de Cannes
Alain Delon sur le tapis rouge du festival de Cannes © Getty

... et une masterclass. Un entretien d'une heure mené par Samuel Blumenfeld du journal Le Monde.

De sa première visite en 1956 au bras de Brigitte Aubert, à cette Palme d'honneur, l'acteur évoque ses débuts qu'il reconnait devoir aussi à son physique.

Puisque j’étais un accident, je n'ai jamais joué de ma vie. Dans tout les films que j'ai fait, je vis mes rôles

Ses maîtres : René Clément, Visconti, Melville

Je suis tout et je suis rien. Je suis ce qu'on a fait de moi. J'ai été un premier violon, mais j'ai eu des chefs d'orchestre exceptionnels. C'est à eux qu'il faudrait donner le prix. Mais ils sont tous partis. Alors je vais le prendre pour eux, à leur mémoire, à leur talent.

Ses pairs : Gabin, Ventura, Belmondo

J'ai vu 'Touchez pas au grisby' à Saïgon. Quand j'ai tourné 'Mélodie en sous-sol', j'ai dit à Gabin : 'Jean si on m'avait dit alors que dans 5 ans je vous donnerais la réplique, j'aurais dit : Arrête tes conneries

Les femmes :

Si je n'avais pas rencontré les femmes que j'ai rencontrées, aujourd'hui je serais mort. Ce sont les femmes qui m'ont aimé qui m'ont fait faire ce métier et qui se sont battues pour que je le fasse

Souvenirs et anecdotes, entre rire et émotions :

1h 1min

Rendez-vous avec... Alain Delon

Par France Inter
Alain Delon reçoit  sa Palme d'honneur des mains de sa fille Anouchka
Alain Delon reçoit sa Palme d'honneur des mains de sa fille Anouchka © Getty

Delon et Cannes : je t'aime, moi non plus

Alain Delon a accompagné sept films en compétition à Cannes, dont deux qui restent majeurs dans sa carrière. Et puis il n'est plus venu, vexé que Notre histoire, le film de Bertrand Blier pour lequel il recevra un César, ne soit pas sélectionné. 

Et puis il est revenu, en fanfare, pour Godard, et puis il n'est plus venu, vexé qu'on ne l'invite pas au 50e anniversaire, déclarant même qu’il ne monterait "plus jamais les marches" 

Et puis il est re-revenu pour le 60e, arborant un badge marqué "star" et enflammant à nouveau la Croisette tout en reconnaissant : "Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !"

La dernière apparition du comédien à Cannes date de 2013, il a participé à un hommage "à son maître absolu", René Clément.

1961 : "Quelle joie de vivre" de René Clément

Deuxième des quatre collaborations entre l'acteur et le réalisateur, c'était, ont-ils déclaré tous les deux, l'un de leurs films préférés. Delon y interprète un personnage comique. Chose rare qui ne se reproduira que rarement dans son parcours.

Sur le plateau, en observateur, un jeune réalisateur qui s’apprête à réaliser son premier film : Roman Polanski. Alain Delon se souvient :

51 sec

Polanski sur le tournage de René Clément

Par France Inter

1962 : "L'éclipse" de Michelangelo Antonioni

L'éclipse est considéré comme l'un des films importants du réalisateur italien notamment par le traitement esthétique de l'environnement urbain et de son personnage féminin interprétée par son égérie, Monica Vitti.

Delon est à Cannes pour défendre le film, en compagnie de Romy Schneider qui est elle à l'affiche de Boccace 70 avec Sophia Loren

L'éclipse obtient le Prix spécial du jury , ex æquo avec Procès de Jeanne d'Arc de Robert Bresson.

1963 : "Le guépard" de Luchino Visconti

Luchino Visconti avait déjà réuni Alain Delon et Claudia Cardinale en 1960 dans Rocco et ses frères. Il retrouvera l'actrice en 1965 dans Sandra. Le couple du Guépard jouera à nouveau ensemble mais dans un film beaucoup moins romantique : Les Centurions (1966, Mark Robson). 

Les deux acteurs se sont retrouvés sur la Croisette en 2010 lors de la projection de la version restaurée du film

Alain Delon a révélé qu'une suite avait été envisagée. Tous les acteurs contactés étaient partants, même Burt Lancaster, malgré son état de santé qui l'aurait obligé à jouer dans un fauteuil roulant. Mais le décès de l'acteur, le 20 octobre 1994, a mis fin au projet. "Burt est mort, le film est mort avec lui", a déclaré Alain Delon.

Le Guépard a obtenu la Palme d'or.

1968 : "La motocyclette" de Jack Cardiff

Sans doute l'un des films les moins connus d'Alain Delon. Il tient un petit rôle dans ce film à sketch. Il a pour partenaire, entre autre, Marianne Faithfull

Cette année-là, le festival de Cannes est interrompu avant son terme à cause des événements de Mai-68 et aucun prix n'est décerné.

1976 : "Monsieur Klein" de Joseph Losey

Monsieur Klein aurait du être un film de Costa-Gavras avec Jean-Paul Belmondo. Costa-Gavras avait écrit le scénario et souhaitait le mettre en scène. Un conflit entre producteurs et une blessure de Belmondo va changer la donne. Alain Delon récupère alors le projet qu'il souhaite produire. Mais Costa-Gavras, ayant écrit le rôle pour Belmondo, préfère se retirer du projet (et du générique). Delon confie la réalisation à Joseph Losey avec qui il a déjà tourné L'Assassinat de Trotsky en 1972.

Malgré sa performance, l'acteur n'obtient aucune récompense au Festival de Cannes. Delon reconnait avoir été affecté par le verdict du jury. _"Ça m'a fait très mal"_ avoue-t-il.

À la manière d'Hitchcock, Joseph Losey apparaît dans une des dernières scènes du film, dans la foule des Juifs déportés du Vél d’Hiv

1990 : "Nouvelle vague" de Jean-Luc Godard

"J'ai eu envie de tourner avec Blier, puis Godard parce que je voulais connaitre ces différents styles et ces différentes manières de travailler. J'étais très très heureux avec Godard dans Nouvelle vague et je ne le regrette pas du tout." disait Delon en 2010.

1992 : "Le retour de Casanova" d'Edouard Niermans

A l'affiche de ce film également, Fabrice Luchini. C'est sa composition "luchinesque" du valet Camille face à Alain Delon qui convaincra Claude Lelouch d'en faire l'un des principaux protagonistes de Tout ça... pour ça !

Le film ne rencontre ni les critiques, ni le public, mais l'acteur s'offre sur la Croisette un bain de foule qui le rassure sur sa popularité.

Sa partenaire, Elsa Lunghini, agoraphobe, en garde un souvenir pénible : "Je me souviens surtout que pour aller de l'hôtel Majestic où on était descendus au Palais des Festivals, Alain Delon avait décidé au dernier moment de ne pas prendre les limousines mises à disposition des équipes de film, mais de faire le chemin à pied. Il voulait s'offrir un bain de foule. Les gardes du corps ont vite été dépassés par la foule."

Bain de foule improvisé avec Elsa
Bain de foule improvisé avec Elsa © AFP

Une palme d'honneur

Ce 19 mai, Alain Delon recevra donc une palme "afin d’honorer sa magnifique présence dans l’histoire du septième art", précisent les organisateurs de la manifestation dans un communiqué.

Treize personnalités ont ainsi été décorées depuis 1997, notamment Ingmar Bergman, Woody Allen, Clint Eastwood, Bernardo Bertolucci, Jane Fonda ou encore Agnès Varda.

Aller + loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.