L’Union des Journalistes de Cinéma (UJC) que j’ai le plaisir de présider a récemment décerné ses prix 2009. Trois prix pour trois moments de cette profession de journaliste-critique de cinéma. Un premier Prix à Danièle Heyman pour l’ensemble de sa carrière. Que les choses soient claires, on ne récompense pas ainsi un passé mais un présent fort d’une belle expérience. Danièle officie chaque semaine dans « Marianne » et une fois par mois au moins au sein de l’équipe du « Masque et la Plume ». Elle y fait preuve d’une belle vitalité, défendant avec enthousiasme ses choix. Je m’y délecte d’y relever bien dissimulées quelques vacheries ou réserves parfaitement justes. Car Heymann a l’élégance critique chevillée au corps. Et plus précisément, elle concocte ses articles comme un véritable maître-queux soucieux de l’équilibre des saveurs. Je suis certain que tout cela mitonne longuement pour séduire nos palais cinéphiles. A l’ancienne, diront les imbéciles. A la loyale en fait, c’est à dire en respectant le produit !Face à Heymann, Julien Welter, le « jeune critique », autre catégorie contestable en soi. Reste que sur le fond Welter est un critique digne d’intérêt qui chaque semaine dans « L’Express » nous livre de (trop) courts textes critiques, portion congrue cinématographique oblige. C’est un exercice imposé et périlleux dont il se tire ne général fort bien en écrivant des choses justes et percutantes. Faire court et pertinent, c’est un pari qu’il relève haut la main. Souvent avec une verve réjouissante quand il s’agit de se montrer sévère (à juste titre la plupart du temps !). Jeune et talentueux : l’avenir lui appartient.Je ne m’étendrai pas sur « notre » troisième Prix visant à récompenser un livre de cinéma. Nous avons primé la superbe biographie que Jean-Philippe Guerand vient de consacrer à Bernard Blier. Un modèle du genre, mais j’ai déjà dit ici même tout le bien que je pense de ce travail qui se lit avec appétit.La phrase du jour ?« Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boireJ’ai vu tous les soleils y venir se mirer »Aragon, « Les Yeux d’Elsa »

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.