Un film de science-fiction sur la fin de notre Humanité... “High Life” de Claire Denis avec Robert Pattinson et Juliette Binoche, a séduit les critiques du Masque avec ses images, ses références SF et son propos métaphorique sur le sentiment d'abandon... Sauf pour Pierre Murat, qui a trouvé le film grotesque et bête !

Robert Pattinson, dans le rôle d'un criminel qui se repent en devenant cobaye dans une mission spatiale extra-solaire, dans "High Life" (film de Claire Denis, science-fiction, novembre 2018)
Robert Pattinson, dans le rôle d'un criminel qui se repent en devenant cobaye dans une mission spatiale extra-solaire, dans "High Life" (film de Claire Denis, science-fiction, novembre 2018) © Wild Bunch Distribution

Le résumé du film de Claire Denis, par Jérôme Garcin

High Life, le premier film de science-fiction signé Claire Denis, avec Robert Pattinson et Juliette Binoche. Le principe : des condamnés à mort acceptent de commuer leur peine en devenant cobayes pour une mission spatiale hors du système solaire, direction : le trou noir. Une mission détournée par une scientifique hallucinée (Juliette Binoche), qui est obsédée par la procréation au prétexte que l’Humanité est menacée de stérilité. Son cobaye est Robert Pattison, alias Monte, qui s’est fait une tête de bagnard et dont elle va, dans une fuck room, abuser sexuellement pendant son sommeil.

"Un aller simple proche de l'hypnose" pour Xavier Leherpeur

J'ai été totalement emporté... Ce film m'a donné le sentiment d'un aller-simple proche de l'hypnose.

Visuellement c'est magnifique, d'autant plus quand on sait que le travail de mise en scène s'est fait avec très peu de moyens... Mais là où Claire Denis est très forte, c'est qu'elle utilise notre mémoire référentielle et cinématographique : elle récupère des images du genre cinématographique dans lequel elle s'inscrit, mais elle les réinvente, les manipule... (2001l'Odyssée de l'espace, Solaris...).

Et il y a un vrai propos : c'est une parabole sur la fin de notre Humanité. Qu'est-ce qu'on fait ? Est-ce qu'on recommence tout à zéro ? Est-ce que notre Humanité mérite d'être sauvée ? C'est un grand film visionnaire.

Robert Pattinson, dans le rôle d'un criminel qui se repent en devenant cobaye dans une mission spatiale extra-solaire, dans "High Life" (film de Claire Denis, science-fiction, novembre 2018)
Robert Pattinson, dans le rôle d'un criminel qui se repent en devenant cobaye dans une mission spatiale extra-solaire, dans "High Life" (film de Claire Denis, science-fiction, novembre 2018) / Wild Bunch Distribution

Un film grotesque et bête selon Pierre Murat

Visuellement on peut dire que ce n'est pas trop mal... C'est à peu près honnête.

Ce film fait penser en effet à Solaris, à L'Odyssée de l'espace... Parce que Claire Denis y fait explicitement référence... Sauf que là, ce sont de grands cinéastes qui posaient des questions sur le rôle de l'Homme. Le problème dans le film de Claire Denis, c'est qu'il est bête.

Il ne se passe rien. La scène orgasmique de Juliette Binoche est d'un grotesque absolu... Il n'y a pas de scénario, pas de personnages...

Il y a certains films dont je me fiche de ne rien comprendre, mais là un film de science-fiction en 2018, en référence à de grands films de SF qui ont existé, j'aimerais une piste pour comprendre quelque-chose. Or, on ne comprend pas ce qu'elle veut nous dire.

Un film visionnaire pour Jean-Marc Lalanne

Pour moi le film est assez clair : il parle très fortement du sentiment commun d'abandon, de vivre dans un champ de ruines, d'une société qui se délite...

Et c'est le principe même du cinéma visionnaire : trouver une bonne métaphore pour parler de sentiments universels.

Et le film produit des images très fortes pour parler de ce sentiment d'abandon : les personnages sont livrés dans un grand trou sidéral où on ne s'occupe plus du bien commun, où les choses ne font que se dégrader, dans un vaisseau où tout s'effondre... Où il n'y a pas d'autre issue qu'une entropie permanente.

Juliette Binoche, dans le rôle d'une scientifique nymphomane, en mission spatiale extra-solaire, avec des criminels devenus cobayes, dans "High Life" (film de Claire Denis, SF, novembre 2018)
Juliette Binoche, dans le rôle d'une scientifique nymphomane, en mission spatiale extra-solaire, avec des criminels devenus cobayes, dans "High Life" (film de Claire Denis, SF, novembre 2018) / Wild Bunch Distribution

"Un film-poème" selon Sophie Avon

Je ne suis pas bien sûre que Claire Denis sache très bien ce qu’elle veut raconter mais elle sait ce qu’elle veut filmer. Elle veut filmer un enfant, les premiers pas d'un enfant, dans les bras de Robert Pattinson, dans ce jardin d'Eden... Elle veut filmer l'infini, les corps qui chutent... 

Tout ça me suffit. Les images sont magnifiques, c'est un véritable "film-poème".

Écoutez 

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos du film sur le plateau du “Masque et la Plume” :

8 min

"High Life" - les critiques du Masque et la Plume

🎧 L'intégrale du "Le Masque et la Plume" juste ici

🎧 L'interview de Claire Denis dans Boomerang ici

Aller plus loin

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

À noter que d'autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.