Le débat suscité par l’article de Madame Emmanuelle Retaillaud-Bajac dans « Le Monde » a connu ce week-end un nouvel épisode avec la publication dans le même quotidien d’une réponse fort pertinente à mon sens. Valérie Zenatti, écrivain et scénariste, que, soit dit en passant, je ne connais absolument pas (!), s’élève contre une pensée unique qui déléguerait au cinéma une fonction sociale forcément réductrice. Il ne servirait à rien de retranscrire ici cet article, mais son existence prouve que la discussion est ouverte et de cela on ne se plaindra pas !Autre nouvelle du jour. La Commission de classification chargée par Madame Albanel de reconsidérer sa position sur l’interdiction aux moins de 18 ans du film « Martyrs » de Pascal Laugier prend manifestement son temps. Ce qui en soi ne veut rien dire. Soit ladite Commission attend l’été pour se déjuger dans l’indifférence générale. Soit elle attend tout autant l’été pour maintenir sa position dans la même léthargie estivale. Puissance des saisons ! Pendant ce temps, un cinéaste se demande si son film verra le jour des salles obscures…J’ai revu hier sur un petit écran grand format le film « L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford ». Décidément cet anti-western me plait. Il montre une conquête de l’Ouest aux antipodes de la légende nationale. Les cow-boys sont des quakers dont les petits manteaux élimés et noirs les font ressembler à des corbeaux. C’est une nation en construction qui pense déjà à la médiatisation de ces futures figures héroïques fussent-elles hors-la-loi comme Jesse James. Le réalisateur de ce petit bijou s’appelle Andrew Dominik. Amusez-vous à chercher son nom sur le coffret du DVD du film qui vient de paraître fort opportunément chez Warner. Il y est, si, si. Cherchez-le bien, il y est ! La phrase du jour ? « Et qu’irais-je chercher des rimesA ce bonheur pur comme l’airUn sourire est assez pour direLa musique de l’être humain »Aragon, « Le Voyage de Hollande »

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.