Le Forum des Images a lancé le 11 janvier un nouveau rendez-vous mensuel de la réalité virtuelle : au programme, 30 minutes sous casque de fictions et de documentaires. On a testé.

"Nobel's nightmares", un documentaire immersif au cœur d'Alep (capture)
"Nobel's nightmares", un documentaire immersif au cœur d'Alep (capture) © SMART News Agency

« Vous allez partir en Syrie, puis au Sénégal, avant de survoler un volcan et de finir dans un univers plutôt effrayant... Deux choses peuvent se passer pendant cette séance : soit l’écran peut devenir noir et dans ce cas-là, il vous suffit de lever la main, soit vous pouvez voir de la buée apparaître parce qu’il se peut que votre corps dégage de la chaleur, » nous prévient Camille Lopato, fondatrice de Diversion Cinema, à l'origine, avec le Forum des Images, de la programmation qui suit. Trente sièges sont mis à disposition ce mercredi 11 janvier au Forum des Images à Paris, qui lance un nouveau rendez-vous pour faire découvrir le cinéma et le documentaire en réalité virtuelle, "Les rendez-vous de la VR", après le succès du Paris Virtual Film Festival en juin dernier.

Embarquer aux côtés des secouristes d’Alep

Le casque de VR sur la tête, nous sommes projetés dans les rues d’Alep : des enfants jouent d’abord, calmement, puis dans une autre rue, des hommes courent se réfugier dans un immeuble, aux bruits des frappes... Tout autour, des immeubles détruits. Nous sommes ensuite embarqués avec des secouristes bénévoles, à bord d’une voiture à ciel ouvert, cherchant des blessés pour leur porter secours. Puis, au milieu des ruines d’un immeuble en miettes, touché par une frappe, on tourne la tête à gauche à droite, pour se rendre compte de l’étendue des dégâts, apercevant d’un côté des hommes tentant de fouiller les décombres, et de l’autres, des citoyens choqués, devant ce paysage chaotique…

Ce film immersif tourné en 360° baptisé «Nobel's Nightmare» a été tourné par les casques blancs, les secouristes bénévoles non armés de l’organisation citoyenne, la Défense civile syrienne, qui a prétendu au prix Nobel de la paix, en 2016.

ALLER PLUS LOIN || Les casques blancs reçus à l'Elysée

À la différence d’un documentaire classique sur un écran de cinéma ou de télévision, ici, nous ne regardons pas cette rue : nous y sommes. Le spectateur n’est plus passif : il peut désormais se retourner dans tous les sens, regarder devant, derrière, sur les côtés… Nous ne sommes plus face au désastre : nous sommes DANS la guerre. On ne regarde plus : on ressent. Alors, face aux ruines d’un immeuble qu’on imagine être celui où vivaient de nombreuses familles, on est ici beaucoup plus apte à s’imaginer la vie sur place. En termes d’empathie, l’impact est mille fois plus puissant qu’un écran de télévision.

Survoler le Sénégal en drone

Le deuxième documentaire est un très joli film sur l’environnement : « Growing a world wonder ». Une fillette née au Sénégal nous raconte l’évolution environnementale de son pays et les conséquences de la sécheresse sur les récoltes agricoles. Pour pallier à ce problème, un projet a été lancé en 2008 dans le pays : 40 000 hectares ont été reboisés. Ce projet, intitulé « la Grande Muraille verte », a pour objectif de restaurer les écosystèmes sahéliens menacés par la désertification. Le tout est montré à la fois par des images au sol, au milieu d’un village mais aussi par des images tournées à l'aide de drones, nous permettant de voir ces champs d’un point de vue aérien.

ALLER PLUS LOIN || La Grande Muraile verte, projet titanesque pour bloque l'avancée du désert au Sahel

Vertige et réalité virtuelle

Pour le documentaire, suivant, il faut avoir l’estomac bien accroché. « Le goût du risque » emmène le spectateur au cœur des sports extrêmes : du snowboard freeride, au wingsuit en passant par le bodyboard dans les rouleaux des océans… Ici, un conseil : ne pas trop tourner la tête. Voire, si le vertige ou le mal de mer vous assaillent : fermez les yeux, ne jetez pas le casque !

L’expérience continue avec un film sur un volcan en pleine éruption, avant de finir par le teaser du volet « Jack The Ripper » d’Assassin’s Creed, à 360°, dans l’univers sombre du Londres de 1888.

Assassin's Creed - Jack The Ripper
Assassin's Creed - Jack The Ripper © Aucun(e)

ALLER PLUS LOIN || Assassin's Creed : saga historique du jeu vidéo

Dernière chose à savoir avant de tester la VR : d'un point de vue extérieur, oui, vous aurez l'air ridicule... De vraies poules humaines dans un poulailler virtuel. Mais l’expérience en vaut la chandelle. La curiosité vous aidera à dépasser ce cap.

Ce galop d’essai a été un succès puisque toutes les heures étaient quasiment complètes pour cette première journée de VR au Forum des images. Prochain rendez-vous : le mercredi 22 février de 16h à 21h. Au programme, de la fiction : "Vaudeville" de Thomas Villepoux pour rendre hommage à ce genre théâtral ; "Invisible Man", d’Hugo Keijzee, qui place le spectateur au centre d’un jeu de roulette russe, sur fond de trafic de drogue ; et "I Philip", où Pierre Zandrowicz nous emmène dans l’esprit numérisé d’un des plus grands auteurs de science-fiction du siècle dernier : Philip K. Dick.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.