Olivier Assayas s'essaie à la comédie satirique, dans l'esprit de Woody Allen : raconter la coucherie et en même temps faire la peinture d'un milieu (ici : l'édition). Bref, c’est Guitry à St-Germain-des-Prés à l'époque de la liseuse électronique, des tweets et du tout-à-l'ego. Qu'en pensent les critiques du "Masque" ?

"Doubles vies" d'Olivier Assayas est dans les salles depuis le 16 janvier 2019
"Doubles vies" d'Olivier Assayas est dans les salles depuis le 16 janvier 2019 © Ad Vitam

Le film résumé par Jérôme Garcin

Alain (Guillaume Canet) est un éditeur parisien qui se demande s’il ne doit pas abandonner le bon vieux livre papier pour l’e-book. Il se le demande d’autant plus qu’il passe beaucoup de temps au lit avec sa conseillère au numérique, jouée par Christa Théret. Alain est par ailleurs marié avec Séléna, Juliette Binoche, vedette d’une série télé, dont l’amant est Léonard (Vincent Macaigne), écrivain adepte de l’autofiction, dont Alain vient de refuser le nouveau manuscrit. Léonard est le mari de Valérie, qui est assistante parlementaire et qui est jouée par l’excellente Nora Hamzawi

Eric Neuhoff a vu "un film drôle, juste, vivant"

EN : Je me demande s'il n'y a pas une supercherie ou un canular derrière tout ça : ce n'est pas possible qu'un type comme Assayas (qui est un des cinéastes les plus chichiteux que je connaisse) ait réussi à faire un film drôle, juste, vivant. Je n'en reviens pas. Je pense que c'est une affaire Ajar à l'envers qu'on a sous les yeux - mais tant mieux ! Je ne demande que ça, d'aimer un film d'un cinéaste que je n'aime pas d'habitude. 

Là, c'est très juste : le monde de l'édition, c'est complètement ça ! Personne ne lit rien, tout le monde a envie de coucher avec tout le monde… La petite erreur, c'est qu'ils habitent tous des appartements absolument somptueux et ça je ne suis pas sûr que même les éditeurs parisiens soit logés à cette enseigne-là. 

Le film est parisien, mais dans le bon sens du terme : on va dire que c'est snob, élitiste mais c'est un film sur un petit milieu, qui est comme ça et qui existe. Et on voit que le monde de l'édition a vraiment changé : au début, ils vont déjeuner au restaurant et l'éditeur prend de l'eau, et on voit l’œil de l'auteur un peu déçu de ne pas boire de vin. Dans l'édition, même quand ça marche, les éditeurs ne boivent plus, n'ont plus de notes de frais - et ça je pense que c'est encore plus grave que l'arrivée du numérique pour remplacer le papier.

Eric Neuhoff : "Vincent Macaigne est d'une justesse ! L'auteur paumé complet. Même Juliette Binoche est supportable, je n'en reviens pas".
Eric Neuhoff : "Vincent Macaigne est d'une justesse ! L'auteur paumé complet. Même Juliette Binoche est supportable, je n'en reviens pas". / Ad Vitam

Pierre Murat déconseille de perdre son temps à voir ces gens mondains à crétins pendant 1h46 !

PM : C'est un effet un film sur un monde snob et élitiste mais c'est un film snob et élitiste. C'est un film que je déteste. 

Je ne suis pas un grand fan d'Olivier Assayas, je dois dire. Moi, je ne sais pas : si vous me dites que le monde de l'édition est comme ça, vous êtes beaucoup plus spécialistes que moi et je veux bien l'admettre. Mais ce n'est pas une raison, parce que c'est comme ça, de le peindre ainsi… 

Vous ne pouvez pas vous faire une idée de la prétention et de la sottise de certains dialogues ! J'en ai noté un :

- qu'est ce que tu appelles la post vérité ?

- la post vérité permet aux gens de vivre dans un monde déterminé par leurs propres préjugés.

Et c'est comme ça pendant une demi-heure au début : c'est insoutenable !

C'est un vaudeville, mais un pauvre vaudeville satirique, avec des gens que je n'ai pas envie de fréquenter. Je ne vois pas pourquoi je perdrai mon temps à voir des gens mondains à crétins pendant 1h46 !

Michel Ciment a trouvé le film "extrêmement plaisant"

MC : Assayas est inégal, mais comme tous les gens de talent il prend des risques et là, je trouve qu'il réussit. Il n'avait jamais fait vraiment une comédie. La référence c'est vraiment Woody Allen : la coucherie et en même temps la peinture d'un milieu (ici de l'édition). 

Dans L'Obs, il y avait eu une enquête, les éditeurs disaient "Ce n'est pas du tout comme ça" mais ça c'est classique : tout milieu social refuse d'être représenté. 

Je trouve le film extrêmement plaisant. J'ai trouvé Nora Hamzawi absolument formidable. Binoche, depuis quelques temps, redevient une très grande comédienne… Je trouve que le film est à voir.

Michel Ciment : "J'ai trouvé Nora Hamzawi absolument formidable" (ici face à Vincent Macaigne)
Michel Ciment : "J'ai trouvé Nora Hamzawi absolument formidable" (ici face à Vincent Macaigne) / Ad Vitam

Jean-Marc Lalanne a trouvé le film "enlevé, plaisant, assez jubilatoire"

JML : Je trouve le film extrêmement réussi. Comme le dit Michel, Olivier Assayas est un cinéaste qui prend tout le temps des risques et là, il y a ce pari formel un peu fou de construire les dialogues du film comme un débat d'idées, de façon extrêmement dialectique, où tous les personnages commentent sans arrêt le monde dans lequel on vit, la façon dont il mute et la difficulté qu'ils ont à s'y adapter… Ça donne un film extrêmement bavard, je trouve que le film est virtuose dans la manière de conduire ses dialogues, il y a vraiment un plaisir du langage. 

C'est vraiment un cinéma de satiriste et en même temps, Olivier Assayas a toujours une grande intelligence de ses personnages, il y a toujours un moment où ils deviennent attachants et le regard devient tendre et bienveillant - même s'il ne rate pas leurs petits travers

Et les auditeurs du public, qu'en ont-ils pensé ?

Deux personnes ont pris le micro lors de l'enregistrement de l'émission (émission qui est toujours enregistrée en public, et maintenant que la Maison de la Radio rénove ses studios, ces enregistrements se font au Théâtre de l'Alliance Française). Elles ont exprimées un avis bien plus proche de celui de Pierre Murat :

Pour l'une :

C'est affreux !

Et pour l'autre :

Un ennui total. J'ai réussi à ne pas dormir, je ne sais pas comment !

Vincent Macaigne, auteur paumé dans "Doubles vies" d'Olivier Assayas
Vincent Macaigne, auteur paumé dans "Doubles vies" d'Olivier Assayas / Ad Vitam

Aller plus loin

Le film d'Assayas est dans les salles depuis le 16 janvier 2019

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos du film sur le plateau du Masque et la Plume... 

8 min

"Doubles vies" d’Olivier Assayas : les critiques du "Masque & la Plume"

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

À noter que d'autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici !

🎧 (ré) écoutez les chroniques que Nora Hamzawi faisait sur France Inter

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.