"Downsizing" (qu'on peut traduire par "Réduction") est un long film (2h15) de science-fiction réalisé par Alexander Payne ("Les Descendants", "Nebraska"…). Les critiques du "Masque et la Plume" ont été déçus par ce film pourtant prometteur. Extraits des critiques.

Matt Damon et Jason Sudeikis discutent de la miniaturisation dans "Downsizing" d'Alexander Payne
Matt Damon et Jason Sudeikis discutent de la miniaturisation dans "Downsizing" d'Alexander Payne © 2017 Paramount Pictures.

Pour lutter contre la surpopulation, des scientifiques mettent au point un processus de miniaturisation (irréversible) des êtres humains à une taille de 12 cm. Qui dit "miniaturisation" dit "moins de consommation", "augmentation du niveau de vie", etc. 

Le couple formé par Matt Damon et Kristen Wiig décide de se lancer dans cette aventure qui va changer leur vie - enfin sur celle de Matt Damon...

Eric Neuhoff : "L'idée est bonne mais ensuite il n'en fait pas grand chose"

La transformation, comment on se fait opérer pour devenir un petit bonhomme de 12 cm, c'est assez bien fichu. 

C'est dommage de voir ça parce qu'Alexander Payne est un cinéaste très intéressant... Et là, ce côté "swiftien", Gulliver à l'envers, c'est complètement attendu. Surtout qu'une fois qu'ils sont tout petits, ça ne change rien à leurs habitudes, il ne leur arrive rien de spécial alors qu'ils devraient être complètement déboussolés !

Jean-Marc Lalanne : "Le pitch est vraiment génial"

Pendant la première demi-heure, on est dans le registre du conte philosophique ; on pense à Voltaire, à Swift. La manière dont les effets spéciaux numériques servent cet imaginaire de la miniaturisation est très gracieuse.

Et une fois que cela est accompli, qu'on a découvert ce lieu extrêmement séduisant, on bascule du conte philosophique à une sorte de drame existentiel assez peu intéressant avec une histoire d'amour très mièvre dans sa résolution, un  personnage de réfugiée politique vietnamienne complètement raté... 

Charlotte Lipinska : "Le début est très réjouissant"

Charlotte Lipinska : "Une fois miniaturisés ils vont passer leur vie sous une grande cloche dans un monde idéalisé où ils passent leur temps à prendre des cours de yoga, jouer au tennis, manger... Les gens ne travaillent plus".
Charlotte Lipinska : "Une fois miniaturisés ils vont passer leur vie sous une grande cloche dans un monde idéalisé où ils passent leur temps à prendre des cours de yoga, jouer au tennis, manger... Les gens ne travaillent plus". / 2017 Paramount Pictures. All Rights Reserved.

Il y a une espèce de dénonciation de l'American Way of Life et Alexander Payne critique vraiment là le consumérisme et les travers des hommes qui reproduisent, même à toute petite échelle, la violence sociale, un creuset de plus en plus fort entre les riches et les pauvres... Et tout à coup, le film s'effondre dans sa deuxième partie… 

Alors que le film semblait être un cri d'alarme écologiste, "il faut faire attention à notre planète, trouvons des solutions...", les écologistes sont montrés comme une secte d'illuminés. Le message final est très étrange.

Michel Ciment : "Le downsizing aurait dû s'appliquer au film lui-même !"

J'aime beaucoup Alexander Payne : Les Descendants c'était pas mal, Sideways, Nebraska... Il aurait du diminuer son film. Le downsizing aurait dû s'appliquer au film lui-même ! 

Il a voulu faire du Capra, une fable dystopienne, et puis finalement il n'y a pas grand chose...

Ecoutez 

[alerte spoiler] Ecoutez toutes les critiques échangées sur Downsizing autour de Jérôme Garcin par les critiques Charlotte Lipinska (Vanity Fair), Michel Ciment (Positif), Jean-Marc Lalanne(Inrockuptibles) et Eric Neuhoff (Le Figaro) :

"Downsizing" d'Alexander Payne avec Matt Damon dans le rôle principal est dans les salles depuis le 10 janvier 2018
"Downsizing" d'Alexander Payne avec Matt Damon dans le rôle principal est dans les salles depuis le 10 janvier 2018 / 2017 Paramount Pictures.

Aller plus loin

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.