L’impunité des leaders espagnols à travers la corruption, pas seulement politique mais aussi humaine : une manière de vivre fondée sur le mensonge…

El Reino
El Reino © Julio Vergne

Résumé du film 

Manuel López-Vidal est un homme politique influent dans sa région. Alors qu'il doit entrer à la direction nationale de son parti, il se retrouve impliqué dans une affaire de corruption qui menace un de ses amis les plus proches. Pris au piège, il plonge dans un engrenage infernal. 

Ce qu’en dit le réalisateur Rodrigo Sorogoyen :

La corruption politique en Espagne – et surtout, la totale impunité de ses leaders depuis une dizaine d’année – nous a laissés, ma co-scénariste Isabel Peña et moi, d’abord perplexes, indignés puis déprimés, et enfin presque anesthésiés. C’est la répétition des affaires de corruption de ces dernières années qui nous a décidés à raconter cette histoire.  

El Reino
El Reino / 2017 Tornasol films SA

Nous voulions faire un thriller, un film à suspense qui accroche le spectateur mais qui parle aussi des êtres humains et de leur noirceur. Aucun film n’avait encore été fait sur la corruption espagnole d’aujourd’hui, et nous savions dès le début que le film serait raconté du point de vue du politicien corrompu, du voyou, celui qui, dans un film classique, serait le rival, l’ennemi.  

Nous voulions que le spectateur accompagne ce politicien corrompu dans ses péripéties. Le film ne raconterait pas comment des agents de la force publique ou des journalistes intègres dévoilent un réseau de corruption, mais l'histoire d'un homme qui a volé le contribuable pendant des années et est découvert. Sauf qu’au lieu d’assumer sa faute et accepter sa culpabilité, il s’oppose à tout et à tous pour ne pas finir en prison.  

El Reino
El Reino / Julio Vergne

Nous ne voulions pas juger ce politicien corrompu, nous souhaitions nous demander : "Pourquoi ?" Pourquoi agit-il ainsi, et surtout pourquoi, une fois qu’il est découvert, au lieu de demander pardon et accepter sa condamnation, dans la majeure partie des cas, il préfère mentir jusqu’à l’épuisement de ses arguments ? Voilà pourquoi nous avons choisi de faire de Manuel López-Vidal le personnage principal du scénario. Et nous nous sommes fixés une règle : tout serait raconté à travers son regard. 

El Reino
El Reino / Julio Vergne

Avec ce principe en tête, la manière de filmer El Reino s’imposait dès le scénario : la caméra serait presque toujours collée au personnage, afin que le spectateur adopte son point de vue. Nous avons souhaité que la caméra ne se sépare jamais de lui. Plus exactement, presque jamais. Car sur le tournage, nous nous sommes aperçus qu’il était intéressant parfois de sortir de ce principe et d’utiliser le principe inverse. C’est-à-dire tourner certaines scènes comme si nous étions de loin, en train d’espionner Manuel. C’est pourquoi la présence du personnage principal dans absolument toutes les scènes est l’une des caractéristiques du film.  

El Reino n’est pas tant un film sur les politiciens qu’un film sur les êtres humains. J’ai aussi souhaité faire en sorte que toutes les composantes nationales soient représentées dans le casting. Sur les dix personnages principaux, nous avons plusieurs Castillans, plusieurs Catalans, plusieurs Andalous, une Canarienne, un Galicien, un Valencien... Cela contribue à cette idée de "multi-localisation" du phénomène.  

El Reino
El Reino / 2017 Tornasol films SA

►►► Distribution 

  • Un film de RODRIGO SOROGOYEN 
  • Avec : ANTONIO DE LA TORRE, MÓNICA LÓPEZ, JOSÉ MARÍA POU, NACHO FRESNEDA, ANA WAGENER, BÁRBARA LENNIE, LUIS ZAHERA, FRANCISCO REYES, MARÍA DE NATI, PACO REVILLA, SONIA ALMARCHA, DAVID LORENTE, ANDRÉS LIMA, OSCAR DE LA FUEN 
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.