d'Andreï Zviaguinstevavec Nadejda Markina, Andreï Smirnov, Elena LiadovaElena et Vladimir forment un couple d’un certain âge. Ils sont issus de milieux sociaux différents. Vladimir est un homme riche et froid, Elena une femme modeste et docile. Ils se sont rencontrés tard dans la vie et chacun a un enfant d’un précédent mariage.Le fils d’Elena, au chômage, ne parvient pas à subvenir aux besoins de sa propre famille et demande sans cesse de l’argent à sa mère. La fille de Vladimir est une jeune femme négligente, un peu bohème,qui maintient son père à distance.Suite à un malaise cardiaque, Vladimir est hospitalisé. A la clinique, il réalise qu’il pourrait mourir prochainement. Un moment bref mais tendre partagé avec sa fille le conduit à une décision importante : c’est elle qui héritera de toute sa fortune. De retour à la maison, Vladimir l’annonce à Elena. Celle-ci voit soudain s’effondrer tout espoir d’aider financièrement son fils.La femme au foyer timide et soumise élabore alors un plan pour offrir à son fils et ses petits-enfants une vraie chance dans la vie.

Le rôle-titre du film a valu à Nadejda Markina plusieurs prix d’interprétation féminine (Asia Pacific Screen Awards et aux festivals de Durban, Séville, Montréal), ainsi qu’une nomination aux European Film Awards 2011.

"ELena m’a permis de m’attaquer à une idée maîtresse de notre époque : la survie et la recherche de son propre salut quel qu’en soit le prix.Mon film est un drame contemporain qui tente de mettre l’homme à l’épreuve des éternelles questions de la vie et de la mort.Au tréfonds de son être, chaque individu est profondément seul. Cette solitude est le début, la fin et le fil conducteur de toute vie humaine. Dans le monde actuel, les idées humanistes se dévalorisent à vue d’oeil, poussant l’homme à se replier sur lui-même et se tourner vers ses instincts les plus anciens.Une femme attentionnée, tendre et féminine, remplie d’amour et de douceur, qui se change en une meurtrière froide et calculatrice puis se repent dans une église, n’est-ce pas là l’image apocalyptique de la fin des temps ? " - Andreï Zviaguintsev

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.