Au hasard d’un rangement (je plains les gens trop ordonnés…), redécouverte d’un CD édité par Stéphane Lerouge chez Universal : les B.O. de « Jules et Jim » et de « Les Deux anglaises et le continent » de Truffaut par Georges Delerue. Belle et intelligente juxtaposition : une femme et deux hommes, un homme et deux femmes. La figure du trio amoureux explorée par le meilleur Truffaut, celui d’un cinéma à fleur de peau. Deux chefs d’œuvre à mes yeux. L’un reconnu (« Jules et Jim »), l’autre maudit (à jamais ?). C’est injuste puisqu’à bien y réfléchir le premier ne va pas sans le second. Des raisons objectives qui expliquerairent cette différence de statut ? Jeanne Moreau, une chanson devenue culte (« Le Tourbillon »), oui, peut-être… Mais en face, Jean-Pierre Léaud et deux actrices anglaises formidables. Du romantisme à l’état pur. Deux films littéraires également écrits, dits. Deux films à voir. Deux films à entendre aussi. Et surtout deux histoires d’amour à rendre jaloux ou presque tous les amoureux de la terre, à l’exception peut-être des esprits sereins et qui rêvent à juste titre de souvenirs au présent.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.