Entièrement restauré, le film culte de la cool attitude ressort le 10 août sur grand écran pour nous rafraîchir la mémoire et les sens

© 1964 Bruce Brown Films, LLC. Tous droits réservés.
© 1964 Bruce Brown Films, LLC. Tous droits réservés. © Bruce Brown

Un projet un peu fou

Avant l’année 1963, le réalisateur et producteur Bruce Brown avait déjà tourné des documentaires à propos du surf sur toute la côte Ouest des États-Unis, mais avait envie  de filmer d’autres lieux moins connus. Le projet prend forme lorsqu'il trouve la somme pour vivre pendant deux ans de tournage, mais aussi ses deux jeunes surfeurs californiens, ainsi qu’un simple fil rouge pour scénario : une course autour du monde pour suivre un été sans fin. La petite troupe ira de l’Afrique à Hawaï, en passant par l’Australie, la Nouvelle-Zélande et Tahiti

© 1964 Bruce Brown films, LLC. Tous droits réservés.
© 1964 Bruce Brown films, LLC. Tous droits réservés. / Bruce Brown

À la recherche de la vague parfaite

La sensation délicieuse de voyager sans fin autour du globe, la quête toujours recommencée et la plongée rafraîchissante dans des eaux toutes aussi belles les unes que les autres, tous les ingrédients sont réunis pour un road-movie bien particulier. Jovial et en voix-off ,le réalisateur nous raconte tout le périple, image par image, et les détails techniques apportent une meilleure perception des joies et périls du surf. Ce film éblouissant, original et passionné est le témoin fidèle de ce sport extraordinaire, plutôt confidentiel à cette époque…

© 1964 Bruce Brown Films, LLC. Tous droits réservés.
© 1964 Bruce Brown Films, LLC. Tous droits réservés. / Bruce Brown

Un film devenu symbole de la pop culture

Après un démarrage difficile à cause de problèmes de distribution, The Endless Summer sort en 1966 et attire enfin les foules, car au-delà de la révélation des joies du surf, qui deviendra un sport mondial, il incarne le mythe de la cool attitude. Le film a également popularisé des lieux devenus mythiques pour les surfeurs, alors qu'ils étaient totalement inconnus à l'époque. Il préfigure aussi une libération sexuelle qui viendra ensuite avec le mouvement hippie et même si le film souffre de quelques réflexions humoristiques un peu limites au sujet des populations autochtones, le document révèle aussi sa portée sociologique. L'affiche aussi est devenue un symbole, avec ses couleurs très crues, sensées être admirée à travers une paire de Ray-Ban – lunettes particulièrement appréciées des étudiants californiens...

The Endless Summer, film tourné en 16mm, gonflé en 35mm et entièrement restauré, est distribué par Carlotta Films

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.