350 319, c’est le chiffre du jour. Celui qui signe ma défaite ! Et la victoire de Gad Elmaleh ! Et ce dans un match qui ne nous opposait pas vu que la partie adverse se contrefiche comme de sa première chemise des grincheux qui trouvent que « Coco » est un film affligeant. Vous l’avez donc compris, il s’agit du nombre d’entrées réalisées par le dit « Coco » pour son premier jour d’exploitation. Dans la mesure où, prudent, je n’avais rien parié, ni main à couper, ni caisse de Château-grillet 1985, je sors de cette affaire comme j’y étais entré : avec dignité. Si, si. Ne comptez quand même pas sur moi pour fêter ici le premier million de spectateurs et ainsi de suite jusqu’à… Ne comptez pas sur moi non plus pour plier le genou et faire allégeance à Gad Ier, le nouveau suzerain du cinéma français. Je n’ai pas l’âme d’un vassal. Et la tyrannie du box office ne saurait tenir lieu de façon de penser le cinéma. Pas plus d’ailleurs que l’omniprésence médiatique de Gad Elmaleh ces dernières semaines n’est vraiment justifiable par la seule nécessité d’informer. Fermez le ban et n’en parlons plus !Juste un petit rappel peut-être, un exemple parmi des milliers d’autres. En 1999, LE film chouchou des financiers avec près de 9 millions de spectateurs, c’est le médiocre « Astérix et Obélix contre César » de Claude Zidi. La lanterne rouge revient à « Ennemis intimes » de Werner Herzog qui totalise 8 644 entrées très exactement. Dix ans après, c’est le second qui tient la route et fait figure d'œuvre importante dans la filmographie de son auteur. Quant à l’autre…La phrase du jour ? « Le silence est la plus belle conquête du parlant » Henri Jeanson

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.