Foin de circonvolutions, voici ce que l'on aime cette semaine et qu'on ne saurait trop vous conseiller d'aller voir :

HIDEAWAYS d'Agnès Merlet : cet anti-Twilight à force d'humour, de second degré, de charme baroque et de fleur bleue revendiquée mais jamais niaise est assurément l'une des très bonnes surprises de cette semaine. Oui, on peut craquer sans honte pour ce mélo d'ados d'une Française en langue anglaise.

DONOMA de Djinn Carrénard : oubliez la campagne de pub et de "buzz" totalement idiote sur le mode "Un film à 150 euros" (et alors, c'est une qualité en soi ?!) et allez voir sans hésiter ce premier film bourré de charmes et de défauts (mais l'avantage reste nettement aux premiers), avec des acteurs en état de grâce et un amour du cinéma tellement évident qu'il fait plaisir à savourer.

TOUS AU LARZAC de Christian Rouaud : c'est l'absolu coup de cœur de la semaine, parce que ce documentaire est d'abord un film de cinéma, une œuvre racontée et montée à la perfection. Et parce que ce récit d'une lutte victorieuse grâce à l'arrivée de François Mitterrand au pouvoir replace la politique au centre des luttes sociales. Un message pour le temps présent ? Un message et une nécessité.

BLACK BLOOD de Miaoyan Zhang : Dans la Chine d'aujourd'hui, une fiction en noir et blanc et panoramique sur des réalités sociales pas très reluisantes. Loin du miracle économique, ici on vend son sang pour vivre. Autant dire un cauchemar éveillé.

LE TABLEAU de Jean-François Laguionie : les Toupins, les Pafinis et les Rofs, avec ces trois populations antagonistes qui vivent à l'intérieur d'un tableau que son peintre a laissé inachevé, ce film d'animation tutoie les anges et ne peut que régaler nos yeux. Pour enfants ? Oui, mais de 7 à 77 ans alors. Très franchement, laissez-vous tenter par ce voyage-là : c'est une animation comme on les rêve d'une intelligence et d'une beauté rien moins que sidérantes.

Sinon, demain, pour les Parisiens, Radio France fait son Salon du Livre face à la Maison de la Radio. J'y serai et vous ?!

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.