Bonne nouvelle ! Le tribunal de grande instance de Paris a donné raison à Pierre Etaix qui demandait que lui soient rendus les droits de ses cinq films. La société Gavroche a perdu et c’est tant mieux ! Dans un avenir plus ou moins proche, après un processus de restauration notamment, on pourra voir ou revoir « Le Soupirant », « Yoyo », « Tant qu’on a la santé », « Le Grand amour » et « Pays de cocagne », ces œuvres devenues invisibles. Ainsi donc, la justice a donné son feu vert d’une manière claire et nette(bizarrement et malheureusement, ce n’est pas toujours le cas des feux verts judiciaires ou… autres). Ceux qui n’ont jamais vu les films de Pierre Etaix risquent d’être surpris. Il incarne un monde totalement à part dans la galaxie cinématographie française en occupant un territoire burlesque qui « nous » est globalement étranger. D’où des films certes inégaux mais qui représentent en eux-mêmes une incroyable singularité.Alors faites passer le message par téléphone, par internet, par sms, bref par tous moyens utiles : Etaix est de retour, un cinéaste va renaître. Une fois n’est pas coutume, la bêtise a perdu.Ah ! ça ira !La phrase de l’après-midi ?« C’est notre heure. Nous devons être jeunes et vaincre.Federico Garcia Lorca

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.