8 ans après "La Chasse", le réalisateur danois retrouve Mads Mikkelsen, mais aussi ses comédiens fétiches Thomas Bo Larsen, Lars Ranthe et Helene Reingaard Neumann. Le film sera au cinéma le 14 octobre. Avant goût.

Mads Mikkelsen entouré de Thomas Bo Larsen, Magnus Millang et Lars Ranthe
Mads Mikkelsen entouré de Thomas Bo Larsen, Magnus Millang et Lars Ranthe © Henrik Ohsten

Quatre amis décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait dès la naissance un déficit d’alcool dans le sang. Avec une rigueur scientifique, chacun relève le défi en espérant tous que leur vie n’en sera que meilleure ! Si dans un premier temps les résultats sont encourageants, la situation devient rapidement hors de contrôle.

Je ne bois jamais avant le petit-déjeuner. 

"La citation est de Churchill, qui a largement contribué à la victoire contre l’Allemagne nazie lors de la Deuxième Guerre Mondiale, tout en étant dans un état d’ébriété aussi important que permanent. 

De grands intellectuels, artistes et écrivains, comme Tchaïkovsky ou Hemingway, ont également trouvé le courage et l’inspiration au fond d’un verre. Nous connaissons tous le sentiment de l’espace qui s’agrandit, de la conversation qui prend de l’ampleur, et des problèmes qui disparaissent à mesure que l’on boit de l’alcool. 

À travers ce film, il s’agit d’examiner comment la consommation d’alcool libère les gens. En s’inspirant de la théorie du psychologue norvégien Finn Skårderud, selon laquelle l'homme serait né avec un taux d’alcool dans le sang qui présenterait un déficit de 0,5g/ml. 

Si le film est une forme de célébration de l’ivresse, il est évidemment aussi un portrait lucide de ses effets dévastateurs. L’excès d’alcool tue, et détruit des vies. 

Mads Mikkelsen et Maria Bonnevie
Mads Mikkelsen et Maria Bonnevie / Henrik Ohsten

Le film suit quatre hommes, dans la quarantaine. Le monde leur parait terne et médiocre, ils sont englués dans la monotonie de leur existence Et en même temps, la mort se rapproche. La vie est à moitié vécue et la liberté, l’amour et la légèreté de leur jeunesse semblent déjà loin. Ils redécouvrent cela et bien plus encore en se lançant dans l’expérience d’une consommation régulière d'alcool pendant leurs heures de travail. 

Le film est censé être lié à la réalité – la réalité crue et dépouillée, parfois improvisée, et sans détours – comme dans A War de Tobias Lindblom, Husbands de Cassavetes, ou Festen, l’un de mes précédents films. Les scènes se déroulent, la caméra observe, mais ne dicte pas l’action. 

Traiter d’un sujet aussi grave et sérieux avec, parfois, un peu d’humour, peut être choquant aux yeux de certains.

Nous espérons que le film donnera matière à réflexion et à débat auprès d’un public qui vit dans un monde de plus en plus défini par une rhétorique puritaine, mais avec une consommation d'alcool assez élevée au niveau mondial, même à un très jeune âge. 

Drunk est pensé comme un hommage à la vie. Comme une reconquête de la sagesse irrationnelle libérée de toute logique anxieuse, qui recherche le désir même de vivre... avec des conséquences parfois tragiques." 

Thomas Vinterberg
Thomas Vinterberg / Anders Overgaard

Thomas Vinterberg est depuis plus de 20 ans l'un des chefs de file du cinéma danois. Une notoriété qu'il doit notamment au Dogme 95, mouvement cinématographique dont il fut l'initiateur au milieu des années 90 avec Lars Von Trier et au succès de Festen, qui fut le premier film du Dogme.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.