Luc et Jean-Pierre Dardenne appartiennent au club des "bi-palmés". Un club très fermé puisqu'il ne compte que neuf membres. Vingt ans après leur première palme, les voici donc à nouveau en compétition officielle au Festival de Cannes.

Idir Ben Addi, le jeune interprète d'Ahmed
Idir Ben Addi, le jeune interprète d'Ahmed © Christine Plenus

Leur première palme a vingt ans, c'était pour Rosetta. Ils obtiennent la seconde pour L'enfant en 2005. Cette année à nouveau, ils seront en compétition avec un long métrage dont on sait peu de chose, si ce n'est qu'il traite de la radicalisation d'un adolescent.

Avant de découvrir le film au cinéma le 22 mai, voici la bande annonce, en exclusivité : 

À l'annonce de la sélection de leur film, Luc et Jean-Pierre Dardenne ont déclaré que c'était toujours "une nouvelle aventure".

Compétition et récompenses

Les deux réalisateurs belges sont des habitués de la compétition cannoise. Et s'ils ne décrochent pas à chaque fois une palme, entre 1999 et 2011, tous leurs films sélectionnés ont été récompensés.

  • 1999 - Rosetta, le jury lui attribue la Palme d’Or et le Prix d’interprétation féminine pour la jeune Émilie Dequenne
  • 2002 - Le Fils vaut à Olivier Gourmet le Prix d’interprétation masculine.
  • 2005 - Deuxième Palme d’Or pour L’Enfant
  • 2008 - Le Silence de Lorna gagne le Prix du Scénario. 
  • 2011 - Grand Prix pour Le Gamin au Vélo.

Et depuis, plus rien, malgré deux sélections : Deux jours, une nuit (2014) et La fille inconnue (2016).

L'édition 2019 verra-t-elle Luc et Jean-Pierre Dardenne créer un nouveau club : celui des "tri-palmés" ? Réponse le 26 mai.

Aller + loin

  • (RÉ)ECOUTER | Eclectik : Les frères Dardenne
  • (RÉ)ECOUTER | Boomerang : Au cœur des mots de Luc Dardenne
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.