un film de Mia Hansen-Løveavec Felix de Givry, Pauline Etienne, Hugo Conzelmann, Roman Kolinka, Vincent Macaigne, Greta Gerwig, Laura Smet, Golshifteh Farahani, Vincent et Arnaud Azoulay

Dans les années 90, Paul fait ses premiers pas dans le milieu de la nuit parisienne.Passionné de musique, il créé avec son meilleur ami le duo de DJ’s "Cheers".Ils trouveront rapidement leur public et vivront une ascension vertigineuse, euphorique, dangereuse et éphémère.Aspiré par sa passion, Paul en oubliera de construire sa vie.

Exclusivité : Un mix inédit de Sven Løve

La set listThe African Dream - Make a living - Eightball recordsMikee Deep, Lugo - Nothing - Muted TraxDom Navarra, Kat Kyrris - Remember Who We Are - FavouritizmMaurice Joshua, Joyce Hurley - We fall down (original) - Maurice Joshua DigitalStacy Kidd, Peven Everett - Groove thang (DJ Spen & Soulfuledge remix) - House 4 LifeJennifer Hudson - Gonna Love MePortia Monique - Grace (Reel People Vocal mix) - Papa recordsDazzle Drums - Break It - Tony RecordsShanelle - Every WomanReese & Santonio - Detroit Techno SoulBlue Six - Do you like it - Naked MusicAnn Nesby, DJ Spen - Free - Quantize recordsDJ Angelo - Let The Music Play (original) - Tribe

Le film

"L’histoire de mon frère, son parcours de DJ depuis la naissance des raves, la découverte de la musique électronique, jusqu’à l’explosion mondiale de la French Touch et une certaine désillusion qui l’a amené à changer de vie, m’ont paru résumer de manière très pertinente l’énergie et les aspirations de ma génération. " Mia Hansen-Løve

L'émergence de la musique électronique, voilà un sujet qui n'a pas à ce jour fait l'objet d'un film de fiction. "Cette virginité du sujet était très excitant " explique la réalisatrice. Elle n'a pour autant pas choisi la facilité d'une success-story, bien au contraire puisque'elle a pris le parti de se concentrer sur le parcours d'un DJ "qui n’est pas le plus emblématique de la French Touch, étant resté dans une forme d’underground, avec une musique qui n’est pas la plus populaire parmi les sous-genres de la musique électronique. "

Mia Hansen-Løve a particulièrement soigné la représentation des clubs, essayant d'éviter les images d'Epinal et les stéréotypes. "Nous avons cherché à restituer la variété des clubs. Nous sommes allés chercher les figurants dans les soirées électro et nous leur avons parfois demandé de bien connaître les morceaux des scènes, car dans les fêtes dont nous nous inspirions, beaucoup avaient un rapport très fort à la musique. A côté de ça, nous les laissions libre de danser comme bon leur semblait – tant qu’ils ne dansaient pas de manière trop anachronique. Nous sommes aussi allés chercher les breakdanseurs de l’époque pour les soirées Cheers à La Coupole. L’investissement et l’enthousiasme, bien réel, des figurants pendant les scènes de club m’ont beaucoup aidée, moi mais aussi les acteurs/DJ qui étaient aux platines. "

La bande originale

Chaque morceau présent dans le film a été précisémment choisi par Mia et Sven Løve. Il était important que le film soit aussi un hommage à la musique techno et plus particulièrement à celle que jouait Sven et dont Mia est fan : Le Garage."Je voulais que la musique soit très concrète et incarnée. Qu’on comprenne ce que fait le DJ, qu’on le ressente. Parallèlement à ça, Félix de Givry (qui joue Paul) et Hugo Conzelmann (qui interprète Stan) ont vu Sven des semaines avant le tournage : il leur donnait des "cours" de mix. Les figurants étaient préparés aussi. Tout était mis en oeuvre pour qu’une vraie "communion" entre les acteurs/DJ, les figurants, la caméra et la musique, puisse avoir lieu au moment du tournage. "

Felix de GIvry
Felix de GIvry ©

French touch

Mis à toutes les sauces ces deux petits mots d’anglais servent à désigner, non sans un brin de fierté nationaliste, tout ce que notre pays sait faire avec un style particulier, un tour de main "bien de chez nous" que le reste du monde, forcément, nous envie. Au milieu des années 90, quand le terme a commencé à se répandre, il y a pourtant un domaine dans lequel personne ne nous attendait. Bien sûr, d’Edith Piaf à Jean-Michel Jarre des musiciens français avaient déjà connu la gloire au-delà de nos frontières, mais il faut bien admettre qu’un groupe de rock français cela paraissait aussi exotique qu’un fakir groenlandais.Et puis, sortie des bois, d’hangars désaffectés, de champignonnières mal gardées ou du Fort de Champigny, une génération de musiciens et de DJ’s a changé le regard que le monde portait sur la musique française.Si souvent et grossièrement caricaturé ce "boum boum" n’était pourtant que la suite, avec des instruments et une perspective nouvelle, du gospel, de la soul, du funk, de la new wave et de la disco. Rien moins que la dernière grande révolution musicale à ce jour.

"En étant ici très près de la réalité, en demandant aux acteurs de cette scène musicale de jouer leur propre rôle et en restituant des ambiances de la manière la plus scrupuleuse possible, je visais une certaine authenticité mais aussi une poésie que je trouve dans la reconstitution, à condition qu’elle soit impressionniste, au plus près de la vie. " Mia Hansen-Løve

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.