Le festival Lumière se déroule dans les salles de cinéma de Lyon et du Grand Lyon. Le 20 octobre, Ken Loach succèdera à Clint Eastwood, Milos Forman et Gérard Dépardieu pour recevoir le 4e Prix Lumière. La cérémonie de remise du Prix a lieu le samedi 20 octobre à 18h45 à l’Amphithéâtre-Centre de Congrès de Lyon en présence de nombreux invités dont la productrice Rebecca O’Brien et le scénariste Paul Laverty, tous deux associés de Ken Loach dans Sixteen Films. Le Prix est remis par Eric Cantona , l’un des deux acteurs principaux de Looking for Eric avec Steve Evets.

Soirée d'ouverture le lundi 15 octobre à la Halle Tony Garnier:

Le film de Jerry Schatzberg, L’Épouvantail (Scarecrow), Palme d’Or du Festival de Cannes en 1973, fait l’ouverture du 4e festival.Le film est projeté en copie neuve et restaurée, en présence du réalisateur, accompagné de Bertrand Tavernier et Thierry Frémaux. Il est présenté par Guillaume Canet , invité spécial de cette soirée , ami du cinéaste avec lequel il a tourné son dernier film, The Day the Ponies Come back en 2000.C’est en effet l’un des principes du festival Lumière que d’avoir des cinéastes et des comédiens pour présenter des œuvres de leurs aînés. Guillaume Canet est un admirateur de Jerry Schatzberg, le cinéaste comme le photographe, et ils ont tourné ensemble un film en 2000 : The Day the Ponies come Back. Il a accepté avec enthousiasme d’être présent.

Bertrand Tavernier au micro d'Eva Bettan

Le voleur de bicyclette de Vittorio de Sica (1948)
Le voleur de bicyclette de Vittorio de Sica (1948) © Collection Institut Lumière

La Gloire de Vittorio De Sica

En quelques grands films (Sciuscia, Le Voleur de bicyclette, Miracle à Milan, Umberto D, etc.) Vittorio De Sica (1901-1974) incarna longtemps la quintessence du cinéma d’auteur traditionnel, capable d’émouvoir les foules autant que d’être l’objet de débats des ciné-clubs et des revues. Mais depuis trois décennies, plus rien ou presque. Dépassé par le quintet dominant Rossellini-Fellini-Antonioni-Pasolini-Visconti, De Sica a disparu des écrans : le moment est le bienvenu pour revenir sur une oeuvre qui a compté. Une rétrospective animée par Gianluca Farinelli , directeur du festival Cinema Ritrovato de Bologne (Italie) et de Jean Gili, historien, directeur artistique du Festival du cinéma italien d’Annecy.

Au plaisir de Max Ophuls

Au moment où le cinéma se conjugue au numérique et aux petites caméras, le détour par le plus élégant des metteurs en scène s’impose : Max Ophuls ou le coeur du classicisme européen de l’avant et de l’après-guerre. L’exploration de cette oeuvre à la fois singulière et somptueuse se fera en copies 35mm rarissimes ou en copies restaurées (offertes entre autres par Gaumont : Le Plaisir, Madame de et La Rabbia : Lettre d’une inconnue), voici une rétrospective dont l’un des parrains est l’historien du cinéma Raymond Chirat.

« Dino ! », souvenir de Dean Martin

Mort en 1995, Dean Martin n’a pas vraiment connu de purgatoire. Acteur ou chanteur, inventeur de la « cool attitude » au cinéma, membre permanent du légendaire « Rat Pack » , la trace est prégnante. Pourtant, « Dino » (titre de la biographie que lui a consacré l’écrivain Nick Tosches – le sous-titre est également parlant : La belle vie dans la sale industrie du rêve) n’est que rarement honoré par les académies cinéphiles, pour ne pas dire jamais. Voici l’hommage du festival Lumière, avec les projections de Rio Bravo de Hawks, Comme un torrent de Minnelli ou Embrasse-moi Idiot de Billy Wilder, ainsi que Ocean’s Eleven de Lewis Milestone. Rétrospective animée par Laurent Gerra, grand admirateur de l’acteur-chanteur.

Les Grandes projections

Films monstres, oeuvres pierre-de-touche, voici les grandes restaurations de l’année 2012 présentées pour la plupart en exclusivité.Il était une fois en Amérique de Sergio Leone (Once Upon a Time in America, 1984, 4h13), version longue et restaurée par la Cinémathèque de Bologne/L’Immagine Ritrovata et la Film Foundation de New York, et présentée par Carlotta.Les Dents de la mer de Steven Spielberg (Jaws, 1975, 2h04), copie restaurée par Universal et Steven Spielberg dans le cadre de la célébration des 100 ans du Studio.Tess de Roman Polanski (1979, 2h51), copie restaurée par Pathé.

Nuit Musique et cinéma

Avec Thomas Sotinel, auteur de Rock et cinéma (La Martinière), une nuit à la Halle Tony Garnier en 4 films , un dortoir, des extraits de concert et un petit déjeuner au petit matin. Sera projetée entre autres une copie inédite de Quatre garçons dans le vent de Richard Lester (A Hard Day’s Night, 1964).

Les conférences et les master class

Pour sa quatrième année, le festival Lumière innove en organisant plusieurs séries de conférences et de rencontres autour de thèmes liés au patrimoine du cinéma, à sa présence dans les festivals et à ses nouveaux environnements économiques.-« Les nouvelles politiques du patrimoine en France », conférence de Eric Garandeau, Président du CNC-Tentative d’invention d’un Marché du cinéma classique : rencontre avec les diffuseurs, éditeurs, distributeurs, animateurs de sites VOD, restaurateurs et organisateurs de festival autou du cinéma classique.-Cinéphilie et numérique : l’avenir de la diffusion, l’avenir des spectateurs-Le déjeuner du patrimoine (après Cannes, 2e réunion des cinémathèques européennes)-Congrès annuel de Europa Distribution (tous les distributeurs de cinéma d’art et essai d’Europe) à Lyon

Corinne Marchand dans Cloé de 5 à 7 d'Agnès Varda - Louise Brooks dans Loulou de G.W.Pabst
Corinne Marchand dans Cloé de 5 à 7 d'Agnès Varda - Louise Brooks dans Loulou de G.W.Pabst © A. Varda © Collection Institut Lumière
Par ailleurs, le festival Lumière systématise trois séries de conférences-rencontres-masterclass.**1. Les master class d’artistes, avec les invités du festival** Les expériences d’actrice de Jacqueline Bisset, faire du cinéma en Russie par Andrei Konchalovsky, l’amour du cinéma de Clotilde Courau ou le cinéma de Ken Loach : des rencontres exceptionnelles pour un moment intime sur le cinéma mondial contemporain. Tous les jours, à la Villa Lumière / Entrée libre (sur inscription)**2. Les master class cinéphiles** Au sujet de Vittorio De Sica, de la restauration de films, l’enquête autour de La Nuit du chasseur : pour accompagner les découvertes du festival. Tous les jours, à la Villa Lumière / Entrée libre (sur inscription)**3. Les master class professionnelles ou masterclasspro** De nombreux professionnels du cinéma et de l’image vivent en région Rhône-Alpes. Le festival Lumière propose des rencontres avec des personnalités qui viendront évoquer leur métier. Master class organisées en collaboration avec Rhône-Alpes Cinéma et Imaginove.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.