Sorti le 18 juillet, voici "Fleuve noir", le nouveau film d'Erick Zonca (qui avait fait il y a 20 ans "La vie rêvée des anges"). Le film est une sorte de polar autour de la disparition d’un adolescent, Dany. Sur l'écran un beau casting : Vincent Cassel, Romain Duris, Sandrine Kiberlain, Elodie Bouchez, Charles Berling…

Vincent Cassel dans "Fleuve noir" d'Erick Zonka. Le film est dans les salles françaises depuis le 18 juillet 2018
Vincent Cassel dans "Fleuve noir" d'Erick Zonka. Le film est dans les salles françaises depuis le 18 juillet 2018 © Mars Films

Le film résumé par Jérôme Garcin

Le commandant de police François Visconti est chargé de l’enquête (c’est Vincent Cassel, qui s’est fait la barbe de Michel Simon dans Boudu sauvé des eaux). Visconti se voit proposer, pour le seconder, les services de Yan Bellaile (Romain Duris), lui aussi barbu, qui est l’énigmatique prof particulier de Dany.  Il faut compter aussi, dans le rôle de la mère de Dany (Sandrine Kiberlain), qui a déclaré à la radio avoir détesté le tournage de Fleuve noir, mais encore Charles Berling, Jérôme Pouly, Hafsia Herzi et la Elodie Bouchez des Anges, qui a bien grandi... mais sans Gérard Depardieu qui, lui, aurait quitté le plateau au bout de six jours…

Nicolas Schaller y a "pris un certain plaisir"

NS : Il y a un certain panache à revenir après une telle absence avec un projet aussi bancal et incertain. J'aime bien l'incertitude, être un peu malmené au cinéma et ne pas savoir ce que je vois. 

Je trouve qu'Erick Zonca travaille le pathétique des personnages avec une forme d'humour.

Pour Xavier Leherpeur, "Il n'y a rien à sauver"

XL : Erick Zonca travaille le pathétique et il y arrive très bien : c'est un film profondément pathétique. 

C'est adapté d'un roman qui était éminemment plus fin, plus subtil, plus délicat ; ils ont rajouté des intrigues...  mais on n'est pas là pour cocher les différences entre le film et le roman. On est là face à un film où tout le monde cabotine, caricature - on ne croit à rien !

On hallucine devant tant de bêtise, tant de lourdeur d'écriture. C'est ridiculement interprété...

C'est un film à divul-gâcher, il faut sauver les spectateurs, on n'a pas le droit de les inciter à y aller… ils vont nous casser la gueule s'ils y vont à cause de nous !

Romain Duris et Vincent Cassel dans "Fleuve noir"
Romain Duris et Vincent Cassel dans "Fleuve noir" / Mars Films

Charlotte Lipinska y a vu une "caricature de polar poisseux"

CL : Les acteurs ne jouent absolument pas dans le même film. Vincent Cassel, alcoolo, poisseux, cabossé, sort d'un film d'Abel Ferrara et Romain Duris est chez François Ozon en jouant le mec un peu manipulateur, intellectuel... Entre les deux, la rencontre ne se fait jamais. 

On ne sait jamais si on doit rire au premier ou au second degré : est-ce qu'on doit rire du jeu outrancier des acteurs ou si c'est véritablement voulu par Erick Zonka.

À la fin, le film aborde un sujet intéressant et assez inattendu malheureusement c'est complètement la fin, mais ça commence quand ça se termine... Il y avait un sujet, qu'il ne traite pas, il va dans cette caricature de polar poisseux en laquelle on ne croit pas et qui est bourrée de clichés. Je sauve quand même de ce Fleuve et de la noyade Elodie Bouchez et Sandrine Kiberlain, que je trouve assez justes l'une et l'autre.

Michel Ciment en pense "beaucoup de bien" !

MC : L'intrigue n'est pas très intéressante, mais dans les grands polars, ce n'est pas elle qui m'intéresse mais l'atmosphère, les situations, les personnages. 

Je trouve les comédiens ici remarquables : Romain Duris dans ce rôle de professeur très sophistiqué est étonnant, Sandrine Kiberlain est très bien

C'est un film excessif, on peut se moquer très facilement mais je trouve pas du tout que ce soit un mauvais film… et quand je vois un film aussi lamentable qu'Un couteau dans le coeur : quand on voit la pauvre Vanessa Paradis qui est complètement à côté de la plaque, que ce film est encensé et qu'il est en compétition à Cannes… et qu'on voit d'un autre côté le sort qu'on réserve à Zonka, je trouve ça profondément injuste.

Ecoutez

Ecoutez l'ensemble des critiques échangées sur le film autour de Jérôme Garcin sur le plateau du Masque et la Plume :

10 min

"Fleuve noir" d'Erick Zonca : les critiques du Masque & la Plume

Sandrine Kiberlain a détesté le tournage du film... Néanmoins, elle est très bien dans le film, estiment plusieurs critiques du "Masque".
Sandrine Kiberlain a détesté le tournage du film... Néanmoins, elle est très bien dans le film, estiment plusieurs critiques du "Masque". / Mars Films

Aller plus loin

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.