Culotté et en même temps humain et tendre... "I Feel Good", le tout nouveau film de de Gustave Kervern et Benoît Delépine, avec à l'affiche Jean Dujardin et Yolande Moreau a émerveillée les critiques ciné du Masque et la Plume ! Un vrai "feel good movie" !

Jean Dujardin, dans le rôle de Jacques Pora, un cynique dont le rêve est d'avoir une brillante idée pour devenir riche ! "I Feel Good" de Gustave Kervern et Benoît Delépine.
Jean Dujardin, dans le rôle de Jacques Pora, un cynique dont le rêve est d'avoir une brillante idée pour devenir riche ! "I Feel Good" de Gustave Kervern et Benoît Delépine. © Ad Vitam

Le résumé du film de Gustave Kerven et Benoît Delépine, par Jérôme Garcin

Yolande Moreau, cheveux peroxydés, est Monique Pora, fille de communistes qui dirige une communauté Emmaüs près de Pau, où elle voit débarquer son frère, Jacques, beau gosse en peignoir : Jean Dujardin, qu'elle n'a plus vu depuis des années. Jacques est un mytho, un fan de Bill Gates et de Bernard Tapie, qui a une obsession : devenir riche, et par tous les moyens. Y compris en créant une boîte de chirurgie esthétique low cost pour les pauvres. Afin, dit-il, d’avoir sa loge à Roland-Garros, d’être dans le Who’s Who et « dans le haut du panier de crabes ». 

C’est grolandais en diable !

► sortie le 26 septembre

Eric Neuhoff commence à aimer les films de Kervern et Delépine et ça l'inquiète !

Je suis inquiet parce que je commence à aimer les films de ces deux-là, que je n’aimais pas du tout au début... 

Mais là ils ont une façon de filmer les pauvres, et les vrais gens, que je trouve très rare dans le cinéma français. Il y a un côté Marcel Aymé, il y a une invention, une profondeur.

Jean Dujardin est épatant là-dedans ! Le type qui dit à ces gens-là : 

Vous êtes tous laids, je vais créer une chirurgie esthétique hyper low cost.

C’est quand même hyper marrant ! Il y a un culot, une invention… à un moment ça devient un peu sentimental mais le gag final est formidable.

Jean Dujardin, dans le rôle de Jacques Pora, un personnage loufoque qui rêve de devenir riche avec par exemple l'idée de créer une chirurgie esthétique low cost pour rendre les petites gens beaux.
Jean Dujardin, dans le rôle de Jacques Pora, un personnage loufoque qui rêve de devenir riche avec par exemple l'idée de créer une chirurgie esthétique low cost pour rendre les petites gens beaux. / Ad Vitam

Charlotte Lipinska a trouvé Jean Dujardin merveilleux et la tendresse du regard des réalisateurs !

On sent toute la tendresse du regard des réalisateurs sur des cabossés de la vie, sur la marge… Le film est plein de tendresse, d’humanisme, d’humour…

Et l’humour ne vient pas que des situations, il y a beaucoup de choses hors-champs ou des détails dans le décor ou les cadrages qui sont extrêmement drôles.

Et c’est vrai que Jean Dujardin dans ce rôle de gars qui a une vision ultra libérale de la vie et qui dit des choses très provocantes sans s'en rendre compte, est excellent. On n’est pas très loin de Brice de Nice ou d'OSS 117, c’est un mec qui met les pieds dans le plat constamment sans s’en rendre compte. Il est absolument merveilleux là-dedans.

Ça s’appelle I Feel Good mais on en sort vraiment comme ça aussi !

Jean Dujardin, dans le rôle de Jacques Pora, un personnage ubuesque qui rêve de devenir riche et qui imagine ici d'avoir un jour sa propre "Pora Tower" comme la "Trump Tower" !
Jean Dujardin, dans le rôle de Jacques Pora, un personnage ubuesque qui rêve de devenir riche et qui imagine ici d'avoir un jour sa propre "Pora Tower" comme la "Trump Tower" ! / Ad Vitam

Xavier Leherpeur a été frappé par l'élégance et la pudeur des gags en arrière-plan !

C’est quand même le portrait d’un cynique au premier degré qui croit vraiment à ce qu’il dit et c’est formidable. C’est vraiment le portrait d’une époque : c’est un cynique qui ne sait pas qu’il l’est. Il croit vraiment être empathique quand il dit à un noir :

T’as pas envie de changer de couleur de peau, par hasard, quand même ce serait plus simple…

La bonne idée c’est que c’est au fond d’un plan et d’un cadrage, ce n’est pas immédiatement là, ce n’est pas filmé comme un gag, comme ça de manière afférente. Et quand le film continue comme ça, presque dans le fond, dans la perspective, et qu’il est presque discret sur ses gags et sur son humour, il fonctionne très bien.

Ça rappelle quelque chose d’une certaine classe sociale, ce n’est pas méchant, c’est très gentil et le ton ne se trompe absolument jamais de cible.

C’est tellement sympathique, ça fait tellement du bien et Yolande Moreau est géniale !

Jean Dujardin et Yolande Moreau, jouant Jacques et Monique Pora, le premier est passionné par la carrière de Bill Gates qui a commencé dans son garage, et la seconde gère un immense village Emmaüs.
Jean Dujardin et Yolande Moreau, jouant Jacques et Monique Pora, le premier est passionné par la carrière de Bill Gates qui a commencé dans son garage, et la seconde gère un immense village Emmaüs. / Ad Vitam

Sophie Avon s'est extasiée devant les décors et la fable écologique déculpabilisants que donne le film !

Ce lieu est extraordinaire, les décors sont vrais, c’est un vrai centre Emmaüs où on ne fait que réparer les choses, réparer les gens… Et dans notre monde où les êtres humains sont des prédateurs et des possédants, ça fait du bien de voir une fable écologique qui ne donne pas de leçons.

Écoutez 

Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos du film sur le plateau du Masque & la Plume :

6 min

"I Feel Good" de Gustave Kervern et Benoît Delépine - les critiques du Masque et la Plume

Aller plus loin

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

À noter que d'autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.