Affiche de "Foxcatcher"
Affiche de "Foxcatcher" © Fair Hill LLC

"Foxcatcher", le nouveau film de Bennet Miller, vient de sortir. Chose étonnante, les critiques du Masque et la plume s'accordent à dire que "c'est un grand film". Découvrez ce qu'ils en pensent exactement…

Ce film, qui avait reçu à Cannes le Prix de la Mise en scène , est tiré d’une histoire vraie, celle des frères Schultz et du milliardaire John du Pont. Au milieu des années 1980, les frères Marc et Dave Schultz (Channing Tatum et Mark Ruffalo ) sont médaillés d’or au Jeux Olympiques de Los Angeles dans la catégorie de lutte gréco romaine. Ils retournent à la vie réelle, jusqu’au jour où surgit un milliardaire excentrique paranoïaque : John du Pont (Steve Carell, totalement méconnaissable ). Ce dernier propose aux deux frères de rejoindre le club flambant neuf qu'il a créé dans son domaine de Foxcatcher. L’objectif : décrocher l’or avec Marc aux Olympiades de Séoul. La fin est connue : le 26 janvier 1996, John Du pont tire trois balles dans la tête de Dave Schultz.

Quand les critiques du Masque s'accordent pour dire que "c'est un grand film"

Xavier Leherpeur a été soufflé lorsqu'il a vu le film lors de sa projection à Cannes. Pourtant, ça partait mal... Pendant la première demi-heure, il s'est dit :"Ça y est, on me refourgue le rêve américain, l’apologie du dépassement de soi ... On peut tout faire en Amérique pour peu qu’on ait l’envie, la niaque et qu’on rencontre a un moment quelqu’un qui met de l’argent sur la table. Mon dieu, c’est le film patriotique avec le drapeau américain qui claque au vent, on va tous terminer debouts sur l’hymne américain."

Et puis, il a eu la révélation : "C'est une formidable introduction en trompe l’œil : une fois que Bennet Miller a établi cet espèce de paradigme de paradis perdu, c’est un film glaçant magistralement mis en scène et interprété, où tout n’est que jeu d’emprise, de manipulation, de subversion."

Sophie Avon a quand à elle été fascinée par le personnage du milliardaire John du Pont, se demandant quelles étaient ses motivations réelles. La médaille d'or aux JO, vraiment ? Rencontrer l'approbation de sa mère, enfin ? Ou peut être, “voir jusqu’où son argent peut acheter l’intégrité d’un être". Et du coup, c'est quand le plus jeune frère, Dave dit : “Mon frère Dave est incorruptible”, que tout bascule…

Portrait de Bennet Miller sur le tournage de "Foxcatcher"
Portrait de Bennet Miller sur le tournage de "Foxcatcher" © Fair Hill LLC

"Ce que raconte Bennet Miller à travers la mise en scène et le scénario est impressionnant"

Xavier Leherpeur a été véritablement impressionné par la qualité de la mise en scène : "Oui, c’est un fait divers, oui on connaît la fin, mais tout ce que raconte Bennet Miller à travers la mise en scène et le scénario est impressionnant. Qu’est ce que c’est que cette Amérique avec cet imposition du rêve absolu, d’un modèle à suivre dont on ne peut pas déroger ? C’est toujours compliqué de démonter un rêve, et Bennet Miller le fait avec énormément de finesse ."

Jean-Marc Lalanne renchérit sur la qualité de la photographie du film : "On a l’impression que tout le film est filmé sous un abat-jour, les couleurs sont totalement désaturées. Il utilise énormément de contrejours ; tout est euphémisé, laissé dans la pénombre. Et le film est aussi comme ça sur les sentiments et l’intériorité des personnages."

Sophie Avon y a vu "une trame presque cotonneuse, faite de lenteurs, d'ellipses, de trous" - et qui pourtant aboutit sur "un film qui est d’une complexité dingue".

Steve Carell dans le rôle de John du Pont dans "Foxcatcher"
Steve Carell dans le rôle de John du Pont dans "Foxcatcher" © Mars Distribution

L’actualité du cinéma passée au crible des critiquesSophie Avon (Sud-Ouest),Jean-Marc Lalanne (Inrockuptibles), Eric Neuhoff (Figaro) et Xavier Leherpeur (Studio-Cinélive). C’était dans le Masque et la Plume animé par Jérôme Garcin, ce dimanche 25 janvier. Ecoutez la critique du film dans son intégralité :

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.