de Noah BaumbachAvec Greta Gerwig, Mickey Sumner, Adam Driver

Frances, jeune New-yorkaise de 27 ans, vit avec sa meilleure amie Sophie, en rêvant sa carrière de danseuse. En attendant, elle s’amuse, danse un peu et s’égare beaucoup…Mais Sophie déménage, et Frances se retrouve subitement seule, obligée de trouver sa place dans ce monde...

Le film a fait partie des sélections officielles du Festival International du Film de Toronto et de la 63è édition du festival de Berlin

Greta Gerwig et Noah Baumbach avaient déjà travailler ensemble sur Greenberg. "Après la sortie de Greenberg" explique Greta Gerwig, "Noah a eu l’idée d’un film plus dépouillé, plus petit, mais avec un tournage plus long, qu’il contrôlerait entièrement au lieu de suivre un planning. Il m’a demandé si je souhaitais l’écrire avec lui et imaginer un personnage que je pourrais incarner à l’écran. J’avais déjà collaboré à des scripts mais ces films étaient bien souvent improvisés. J’aimais écrire pour le théâtre à la fac mais je n’avais rien fait de tel depuis un moment. Il m’a demandé de lui faire des suggestions concernant le personnage, j’ai assemblé des notes." "Avant même de savoir qui était le personnage de Frances et quelle serait la nature du film" se souvient Noah Baumbach "nous nous envoyions par email un document intitulé « projet sans nom, fille de 27 ans » que chacun complétait. Les idées proposées par Greta sont des détails significatifs et précis, qui semblent avoir l’air ordinaires mais dans le contexte de ce film peuvent être extraordinaires et représenter de grandes décisions pour les personnages – des moments de cinéma. J’ai été inspiré par ces petites notes et très tôt j’ai vu à quoi pourrait ressembler le film.""L’une des motivations pour faire ce film", poursuit-il "était de le faire avec Greta et de construire le film autour d’elle pour qu’elle puisse passer de l’humour au drame, du comique corporel au comique verbal. Greta me rappelle les actrices très polyvalentes des années 30 et 40 qui pouvaient tout faire, chanter, danser. Elle aurait brillé à cette époque, un peu comme Carole Lombard."

Frances
Frances © Pine District
**Le personnage de Frances** Greta Gerwig reconnait avoir pioché des idées dans sa propre histoire : "J’ai inventé certaines choses et utilisé des parties de ma vie, ou de celle de gens que je fréquente et qui essayent de percer comme artistes à New York. Je connais beaucoup de danseurs qui ont fait l’expérience de Frances dans le film : être en apprentissage et ne pas être retenu dans une compagnie, c’est terrible car on a donné beaucoup d’années de sa vie. Cette situation est une métaphore pour ce que traverse Frances."
Frances
Frances © Pine District
**L'escapade à Paris** "Nous nous sommes toujours dit qu’il serait drôle que le personnage principal prenne une décision impulsive et idiote" explique Noah Baubach, "pour laquelle elle n’a ni les moyens ni le temps. Pourtant, elle pense qu’il s’agit d’une occasion à saisir. Dans un autre film, ce serait sûrement la bonne chose à faire, elle rencontrerait un garçon, cela changerait sa vie mais dans notre film c’est un désastre qui ne fait qu’aggraver les choses. Au bout du compte, elle s’endette encore plus et en sort encore plus déçue...Greta Gerwig ajoute : "La séquence de déprime à Paris était une idée de Noah : il trouvait drôle que Frances aille à Paris et dorme tout le temps. Contrairement à ce que l’on attend, ce voyage la fait régresser, elle ne rencontre personne. Les références au cinéma français dans le film sont nombreuses mais elles n’étaient pas dans le scénario. Pour la scène où nous marchons à trois, de face, qui fait référence à Bande à part de Godard, l’idée est venue sur le tournage, pas avant. Noah voulait donner au personnage de Frances une certaine grandeur, et il y a dans le cinéma français une manière spécifique de célébrer le cinéma. Faire référence à ces films est une façon pour nous de nous approprier cette joie de filmer."
site Frances
site Frances © Radio France
**[> Le site officiel du film ](http://www.franceshamovie.com/)(en anglais)**
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.