"Je fais des films pour réaliser mes rêves d’adolescent, pour me faire du bien et, si possible, faire du bien aux autres."

"Sa mort a laissé un goût amer, un sentiment d’inachevé, de mélancolie profonde" écrit Serge Toubiana, le directeur de la Cinémathèque qui accueille le réalisateur, 30 ans après sa disparition pour une exposition et une rétrospective. "Truffaut est mort trop tôt et trop jeune pour que l’on se contente de le regretter" poursuit Serge Toubiana. "Surtout, il y a un grand mystère dans son cinéma, quelque chose qui, d’un film à l’autre, revient pour faire écho, ricochet. Comme une hantise. On a beau avoir vu et revu ses films, ils prennent, en fonction du Temps ou des saisons, une couleur changeante, une tonalité nouvelle ; on se surprend à les revoir avec un autre regard, comme si le temps jouait pour eux, ou parfois contre eux, et comme s’ils nous regardaient à un autre âge de notre propre vie."

La nuit américaine
La nuit américaine © Warner Bros

L’exposition s’articule autour des grandes thématiques chères à Truffaut : L’enfance, l’éducation sentimentale, la passion amoureuse, la série noire,…..Outre les nombreux extraits de films et d’interviews, l’exposition est l’occasion de découvrir des documents rares, dessins, photographies, objets, livres et revues, scénarios annotés, documents originaux, costumes…. Tout cela provient des collections de La Cinémathèque française. Le fonds d’archives déposé par la famille du cinéaste est d’une incroyable richesse et témoigne de la véritable obsession qu’avait Truffaut de tout garder.Pour nous guider dans l’univers du réalisateur des 400 coups, un « truffaldien » : Laurent Delmas

De l’écrit à l’écran

Les influences visuelles ou picturales ne sont pas au premier plan dans l'oeuvre de Truffaut au contraire de Jacques Demy (à qui la cinémathèque rendait hommage il y a quelques mois). En revanche ce qui est très important dans l’œuvre de Truffaut c’est l’écrit.Laurent Delmas

Période critique

"Ai-je été un bon critique ? Je ne sais pas, mais je suis certain d’avoir toujours été du côté des sifflés contre les siffleurs et que mon plaisir commençait souvent où s’arrêtait celui de mes confrères" À l’âge de 21 ans, François Truffaut est un critique autodidacte prolifique et franc-tireur. Au sein des Cahiers du cinéma , dont la salle de rédaction est reconstituée dans l’exposition, et dans l’hebdomadaire Arts , il écrit plusieurs centaines d’articles entre 1953 et 1958.

Le carrosse

"Finalement, ce qui me rend heureux dans le cinéma, c’est qu’il me donne le meilleur emploi du temps possible" En 1957, François Truffaut créé, avec son beau-père, « Les Films du Carrosse » société qui produira la plupart de ses films ainsi que quelques films de Jean-Luc Godard. Il installe ses bureaux Rue Robert-Estienne, une impasse dans le 8ème arrondissement. Clin d’œil du destin au cancre que fut Truffaut, le fond de l’impasse est occupé par une impasse.

Antoine Doinel

"Antoine Doinel est rusé, il a du charme et en abuse, il ment beaucoup et dissimule plus encore, il demande plus d’amour qu’il n’en a lui-même à offrir, ce n’est pas l’homme en général, c’est un homme en particulier."

François Truffaut et Jean-Pierre Léaud
François Truffaut et Jean-Pierre Léaud © Richard Avedon
L'enfance. Son enfance. Truffaut s'en inspire pour écrire **Les Quatre Cents Coups** (l'école buissonnière, les ciné-clubs, le quartier de Pigalle). L'enfance revient souvent dans ses films à travers le thème de l’éducation.L’éducation sentimentale est au coeur de la série des films Doinel : Une série unique au monde de cinq films où un cinéaste fait grandir, en même temps que son acteur fétiche Jean-Pierre Léaud, un personnage sur une période de vingt ans.Dans l'introduction de son livre **Les aventures d'Antoine Doinel** , Truffaut écrit : "C'est Jean Renoir qui m'a appris que l'acteur jouant un personnage est plus important que ce personnage" et aussi "Antoine Doinel est devenu la synthèse de deux personnes réelles, Jean-Pierre Léaud et moi. Progressivement Antoine Doinel s'est éloigné de moi pour se rapprocher de Jean-Pierre". _**Laurent Delmas**_
### Passions amoureuses Un thème que résume bien ces mots de **La Femme d’à côté** : "Ni avec toi, ni sans toi"
**► ► ► POUR ALLER + LOIN** **Expo François Truffaut à la Cinémathèque Française** du 8 octobre 2014 au 25 janvier 2015[**> Le site de la Cinémathèque Française** ](http://www.cinematheque.fr/fr/expositions-cinema/francois-truffaut/exposition.html?visualiser=contenu&rand=971781927) **Dossier[> La petite musique de François Truffaut](http://www.franceinter.fr/depeche-la-petite-musique-de-francois-truffaut)** **Le 7/9** Patrick Cohen reçoit Serge Toubiana, directeur de la Cinémathèque française qui consacre actuellement une exposition au cinéma de Truffaut, et l'actrice Nathalie Baye.[**> Le site du 7/9** ](http://www.franceinter.fr/emission-le-79-truffaut-disait-que-le-cinema-etait-plus-important-que-la-vie) **Pop & Co** [**> Les bandes originales de François Truffaut** ](http://www.franceinter.fr/emission-pop-co-les-bandes-originales-de-francois-truffaut) **On aura tout vu** Samedi 11 octobre, Christine Masson et Laurent Delmas reçoivent Arnaud Desplechin, truffaldien revendiqué
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.