Harold Ramis dans "Ghostbusters" (1984)
Harold Ramis dans "Ghostbusters" (1984) © YouTube

Il était le réalisateur de films cultes comme "Un jour sans fin" ou "Mafia Blues", le scénariste de références des années 80 comme "SOS Fantômes" où il jouait le légèrement psychorigide docteur Egon Spengler. Harold Ramis est mort à 69 ans.

C'est en 1978 que le jeune Harold Ramis se fait repérer, en signant le scénario d'American College, de John Landis. Le film connaît un énorme succès et permet à l'auteur de se faire repérer.

Deux réalisations plus tard, avec ses compères Dan Aykroyd et Bill Murray, il devient l'un des inoubliables "Ghostbusters", les chasseurs de fantômes du film de 1984. Un film culte, devenu une référence de la comédie fantastique à l'américaine, voire le symbole de toute une époque du cinéma hollywoodien.

Presque 10 ans plus tard, en 1993, il dirigeait à nouveau Bill Murray dans une autre comédie de référence, "Un jour sans fin", où le héros était condamné à revivre inlassablement la même journée, encore et encore.

Encore un peu plus tard, en 1999, il dirigeait un Robert de Niro cabotin et irrésistible dans "Mafia Blues", où l'acteur fétiche de Scorsese jouait un mafieux en pleine crise existentielle, forçant un Billy Crystal très récalcitrant à mener sa psychothérapie.

Ces trois films sont à l'image de toute la carrière d'Harold Ramis. Qu'il soit derrière ou devant la caméra, scénariste ou co-scénariste, chacune des oeuvres de cet Américain né en 1944 à Chicago était une déclaration d'amour à la comédie, avec un sens du rythme et du dialogue particulièrement aiguisé. Qu'importe si ses dernières productions ("Mafia Blues 2" ou "L'An 1, des débuts difficiles") peinaient à faire passer le cap du XXIe siècle à ce style si typique des années 80/90.

Il devait en principe rejoindre l'équipe de Ghostbusters 3, une suite de plus en plus compromise après le départ de Bill Murray, un autre élément essentiel de la fine équipe.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.