Ce cinquième long-métrage réalisé par l'enfant maudit du cinéma français, Leos Carax, a été présenté en compétition au Festival de Cannes 2012, sans toutefois recevoir de prix.

L'histoire du film

De l'aube à la nuit, quelques heures dans l'existence de Monsieur Oscar, un être qui voyage de vie en vie. Tour à tour grand patron, meurtrier, mendiante, créature monstrueuse, père de famille… Monsieur Oscar semble jouer des rôles, plongeant en chacun tout entier - mais où sont les caméras ? 

Il est seul, uniquement accompagné de Céline, longue dame blonde aux commandes de l'immense machine qui le transporte dans Paris et autour. Tel un tueur consciencieux allant de gage en gage. À la poursuite de la beauté du geste. Du moteur de l'action. Des femmes et des fantômes de sa vie. Mais où est sa maison, sa famille, son repos ?

Ce cinquième film de Leos Carax met en scène les acteurs suivants :  Denis Lavant, Edith Scob, Eva Mendes, Kylie Minogue, Elise Lhomeau, Michel Piccoli et Jeanne Disson.

Présentation du film par Laurence Peuron :

1 min

E ciné Holy Motors

Les comédiens vus par le réalisateur, Léos Carax

Denis Lavant  : Comme le cinéma lui-même, Denis vient des planches, de la foire et du cirque. son corps est sculpté comme ceux des athlètes chronophotographiés par Marey. et quand je filme ce corps en mouvement, mon plaisir est le même, j'imagine, que celui de Muybridge face à son cheval au galop.

Denis Lavant
Denis Lavant © Radio France

Édith Scob  : J'avais déjà filmé Édith dans Les Amants du Pont-Neuf, mais au montage, il ne restait que ses cheveux et ses mains. Je lui devais donc un vrai rôle. Édith est une femme de cinéma merveilleuse, au vrai sens du mot. et puis l'ombre de Georges Franju s'était déjà mise à planer sur le projet, alors sa silhouette, son visage, sa voix se sont imposés. elle a été la « bonne fée » du film.

Eva Mendes  : Le rôle de la mannequin Kay M. a été imaginé pour Kate Moss. on voulait faire un long-métrage à New york, la suite des aventures de M. Merde, "Merde in USA". une sorte de "Belle et la Bête". et puis j'ai rencontré Eva Mendes dans un festival, et on a eu l’envie de tourner quelque chose ensemble. elle est à la fois érotique, absente, robotique.

Eva Mendes et Denis Lavant
Eva Mendes et Denis Lavant © Radio France

Elise Lhomeau  : Élise est une jeune fille moderne, mais si on la ralentit, elle semble venir d'un autre temps. Cinéma des origines, “Petite Lise”. Dans la terrible famille Jeunes Actrices, elle n'est ni chair fraîche ni chair à canon. Son corps, ses yeux, résistent à la caméra.

Jeanne Disson  : La recherche d'une enfant pour jouer Angèle a été extrêmement difficile. Je pensais au départ à une fille de 13 ou 14 ans, mais Jeanne, qui n'avait que 10 ans, était la seule à parvenir à composer toute l'évolution du personnage dans les dix minutes de la scène. Et dans la vie, elle est drôle.

Michel Piccoli  : Je devais jouer ce rôle. Mais il y aurait eu confusion : il ne s'agit pas d'un cinéaste, mais du “patron des caméras invisibles”. un homme de l'ombre, dont on ne sait s'il est producteur, sinistre Ministre de l'intérieur, ou grand mafioso. Alors j'ai proposé le personnage à Piccoli. L'idée était qu'il serait méconnaissable, et apparaitraît au générique sous un faux nom, Marcel Tendrolo. Ça l'amusait beaucoup mais, hélas, ça s'est su.

Holly motors
Holly motors © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.