Après "Intouchables", Eric Toledano et Olivier Nakache réunissent Vincent Cassel et Reda Kateb pour traduire la difficile réalité qui touche aujourd'hui les associations accueillant les enfants autistes. Une histoire bouleversante qu'ils traitent avec une pointe d'humour.

"Hors Normes" : Vincent Cassel
"Hors Normes" : Vincent Cassel © Carole Bethuel

Le film présenté par Jérôme Garcin 

Bruno (Vincent Cassel) et Malik (Reda Kateb) portent à bout de bras deux associations qui accueillent, accompagnent, voire réinsèrent dans la vie active de jeunes adultes autistes dits « complexes », venus pour la plupart des quartiers difficiles. Bruno est juif, Malik musulman. Ils doivent se battre contre les pouvoirs publics qui les menacent de leur refuser l’agrément. Lesquels sont bien en peine de prendre en charge ces jeunes autistes. Avec un Vincent Cassel qu’on n’avait jamais vu si sensible, humain, généreux. 

Michel Ciment loue l'optimisme du film

M.C. : "C'est un très bon film. D'abord, c'est surprenant parce que c'est, dans l'ensemble, un film consacré à quelque chose de grave mais avec beaucoup d'humour. Ça rejoint toujours cette idée de faire sortir les gens de l'isolement pour qu'ils se retrouvent dans un groupe, c'est du feel-good movie

C'est l'anti-Ken Loach, on n'est pas dans le désespoir.

Il y a une volonté positive, ne serait-ce qu'avec les deux personnages qui sont formidables. On pourrait y voir des antagonismes mais il n'en est rien, c'est un film qui a une vision optimiste de la société et l'humour y est important. Le rire peur faire changer les gens beaucoup plus que les pleurs. Par le rire, il nous amène à changer notre point de vue sur les choses." 

Photo du film "Hors Normes"
Photo du film "Hors Normes" / Carole Bethuel

Le film a mis Jean-Marc Lalanne en colère 

J-M. L. : "Je trouve le film horripilant, il m'a mis en colère je crois. Il est catastrophique en termes d’écritures, de filmage. Je retrouve en plus ce que je n'aimais pas dans leurs films réussis : cette charge systématique contre les pouvoirs publics caricaturés, c'était déjà le cas dans Intouchables, cette espèce d'anti-étatisme

Le choix de représenter les choses est mauvais.

La façon dont ils caricaturent ces deux inspecteurs est très manichéenne. Les personnages de jeunes adultes autistes ne sont pas du tout regardés : le film place aux centre les deux comédiens les plus connus et le reste des acteurs sont simplement des faire-valoir, ils ne sont pas filmés. 

Et quand le film bascule dans l’émotion, les procédés sont tire-larmes et de ce que ça peut avoir de plus grossier, toutes ces insertions de montée de larmes de Vincent Cassel, je trouve cela obscène."

Xavier Leherpeur recommande un film qu'il juge remarquable

X.L. : "Je trouve que c'est remarquablement écrit et filmé. Il raconte une France rêvée du mélange qu'on peut espérer qu'elle se mette en place un jour. Je trouve au contraire que la maladie est traitée, les personnages existent, un comique de répétition avec une vraie évolution.

Le film est extrêmement juste, honnête, cohérent avec leur travail et tout à fait recommandable.

Les deux acteurs déséquilibrent la cocasserie avec l'aide d'un très bon vecteur pour ne pas rire des autistes, de leurs déboires, en même temps que de la vraie détresse des gens qui les entourent. Je trouve le film très galvaniseur d'où des cadres qui font exister différents niveaux de comédie et de témoignages sociétaux.

Photo du film "Hors Normes"
Photo du film "Hors Normes" / Carole Bethuel

Charlotte Lipinska a été profondément touchée par son réalisme

C.L. : "Ce n'est pas du tout un film sur l'autisme mais sur les personnes qui les encadrent, les accompagnent et les aident à défaut de pouvoir les guérir. Ce sont des gens qui refusent l'immobilisme, la fatalité... et donc qui se demandent : que faire de ces enfants considérés comme les cas les plus lourds d’autisme, comment les réinsérer etc... 

Le scénario est extrêmement solide, malin mais pas trop avec cette dose de légèreté et d'humour sur un sujet grave qui fonctionne extrêmement bien. Une vraie justesse du regard avec une connaissance du tissu associatif pour avoir côtoyé ces hommes, ça se voit. 

Ils proposent vraiment une histoire sans pathos, sans angélisme, sans mièvrerie. Par rapport à cette histoire de sonnette d'alarme comme fil rouge du film, on peut y voir une forme de métaphore de ce que fait le film lui-même, c'est-à-dire tirer la sonnette d'alarme sur une situation en France sur laquelle il faut que l'on trouve des solutions."

Le film

► Sortie en salles le 23 octobre 2019

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos de ce film sur le plateau du Masque et la Plume :

8 min

"Hors normes" d'Eric Tolédano-Olivier Nakache : les critiques du Masque et la Plume

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Toutes les autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.