Le pays des gens heureux

Un film de Anna Kwak-Sialelli avec Daniel Leconte Une collection documentaire proposée par Daniel LeconteCoproduction : ARTE France, Doc en Stock

Aux portes de l’Arctique, il est une pétro-démocratie riche à milliards, épargnée par la «malédiction» de l’or noir et qui fait figure de modèle social et politique pour le monde entier. A l’heure de la crise économique et politique en Europe, ce documentaire part à la découverte de la Norvège et de ses heureux habitants, citoyens de la social-démocratie la plus prospère du continent. Souvent, le pétrole est synonyme de corruption et/ou d’inégalité. Ce n’est pas le cas, loin de là en Norvège. Alors comment vit-on dans le pays le plus riche de la planète ? Comment sont redistribués les milliards du pétrole ? Pourquoi la Norvège a-t-elle réussi à faire autrement que les monarchies du Golfe ? Des « écoles du peuple » - où les jeunes bacheliers passent une année sabbatique aux frais de l’Etat pour réfléchir à leur place dans la société – à la publication de la feuille d’impôts de tous les citoyens, ce film décortique le modèle norvégien. Une société qui a misé sur une transparence totale et sur l’Etat providence.

Quartier d'immigration à Oslo
Quartier d'immigration à Oslo © Dock en Stock

Mais la médaille a son revers et ce revers s’appelle Breivik. Anders Breivik, ce « loup solitaire » d’extrême droite qui a assassiné 77 personnes à Oslo le 22 juillet 2011 pour attirer l’attention sur la soi-disant « invasion » de la Norvège par les immigrés. Depuis, la Norvège a changé. Comment ce changement va-t-il se traduire dans les élections de Septembre prochain ? Deux ans après le massacre d’Utoya, faut-il considérer cet épisode tragique comme une monstrueuse exception ou comme la partie visible d’un monde rongé dans ses profondeurs ? Bref, quand on sait qu’une formation de la droite populiste xénophobe a de bonnes chances de gagner ces élections, le temps de l’innocence touche-t-il à sa fin en Norvège ?

Bergen
Bergen © Dock en Stock
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.