Pour vous parler franchement, je n’avais jamais les pieds à Eyguières (Bouches-du-Rhône) avant d’y être invité en compagnie de l’acteur Aurélien Recoing par Raphaëlle et Michèle Bogbé, les deux responsables du cinéma local au « Grenier de l’Alcazar ». Soit dans une petite commune de 6 000 habitants, idéalement située aux pieds des Alpilles. Soit dans une salle de cinéma classée « Art et Essai » installée depuis 1999, avec une fréquentation annuelle qui se situe désormais à 29 000 entrées par an. Soit dans un lieu culturel de première nécessité qui multiplie les rencontres et les débats, favorise le maintien d’un rapport de proximité avec le cinéma contre le tout-télévisuel, le tout-petit-écran et le tout-chez-soi et qui, enfin, dans le cadre des programmes « Ecoles et collèges au cinéma » participe à l’indispensable formation des cinéphiles en herbe. C’est ce lieu et son équipe que j’ai donc découverts, il y a quelques années déjà. Depuis, quand je désespère du cinéma en général et des gros opérateurs du secteur qui font la chasse aux indépendants en particulier, mes pensées s’envolent vers Eyguières et son unique salle résistante et je m’en trouve réconforté, ragaillardi, prêt à repartir à la bataille.Or, le cinéma d’Eyguières est en danger de mort. La nouvelle municipalité refuse de donner au cinéma les moyens de son existence et de sa pérennité. Actuellement, le cinéma n’est même pas « permanent », car la salle est régulièrement affectée à d’autres activités, alors qu’une autre salle de spectacle existe dans la commune ! Comment animer et surtout programmer correctement une salle qui ne peut fonctionner à temps complet ? C’est une ineptie, mais le Maire fait la sourde oreille. Bref, il faut sauver le cinéma d’Eyguières. En ce moment, on peut y voir « Eldorado » et « « Indiana Jones », « Un conte de Noël » et « La Nouvelle vie de Monsieur Horten », « L’un contre l’autre » et « Française ». Qui dit mieux en matière d’ouverture, de diversité des publics et des cinéphilies ? C’est cet outil-là qu’une municipalité aveugle et sourde veut détruire. C’est ce cinéma-là qu’il nous faut défendre avant une fermeture définitive le 8 juillet prochain !

Vous pouvez manifester votre soutien :

Cinéma Le Grenier de l’Alcazar

Place Thiers 13430 Eyguières

Tel./Fax 04 90 55 69 62

atmosphere.association@orange.frLa phrase du jour ? « La mise en scène au cinéma ne se voit pas, elle est constitutive de l’histoire elle-même. Visible, c’est qu’elle n’est pas arrivée jusqu’au bout et elle se travaille tant qu’elle n’a pas disparu. Seule l’histoire et les personnages valent, sans autres commentaires. Toute la complexité des moyens mis en œuvre doit se fondre dans cette unité : il faut beaucoup travailler pour atteindre cette simplicité… Le cinéma n’est donc pas un moyen d’expression. » Bruno Dumont

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.