Le film de Fatih Akin a reçu aux Golden Globes le prix du meilleur film étranger. Pourtant, les critiques du "Masque et la Plume" sont unanimes : ce film est raté. Indéfendable, même. Extraits des critiques (assassines).

Diane Kruger, extraordinaire dans "In the Fade" de Fatih Akin Pour ce rôle, l'actrice a reçu le prix d'interprétation féminine au festival de Cannes en mai 2017
Diane Kruger, extraordinaire dans "In the Fade" de Fatih Akin Pour ce rôle, l'actrice a reçu le prix d'interprétation féminine au festival de Cannes en mai 2017 © Pathé Distribution

Katja (Diane Kruger) dont le mari d'origine kurde et leur fils de six ans ont été tués dans un attentat fomenté à Hambourg par des néonazis. Résultat : 1h45 de mélo avec beaucoup de pathos, les litres de larmes qui vont avec, un peu de coke aussi, et trois parties : le deuil, le procès, la mère qui va être menée jusqu'en Grèce comme une action punitive.

Xavier Leherpeur : "tellement caricatural"

Je suis estomaqué par la bêtise du scénario, il y a quand même des dialogues effroyables... Trente secondes avant l'explosion qui va emporter le père et le fils, le père dit : "Mon fils, tu iras plus loin que moi". Bin non, dans trente secondes vous allez terminer en cendres ensemble... 

Dans ce mélo, il pleut des milliards de litres d'eau sur la pauvre Diane Kruger, comme si le ciel pleurait la tragédie qu'elle en train de traverser, et c'est tellement caricatural que ça m'exclut de toute forme d'émotion. 

On n'entend, durant ce procès, jamais les deux nazis (puisque c'est comme ça qu'on les appelle) - mais moi, cette parole, elle me débecte mais je veux l'entendre ! Je suis désolé pour le drame de cette femme qui est tellement lourdement écrit qu'on en est exclus, mais qu'au moins il nous raconte quelque chose ! Comment cette nouvelle génération peut être sensible à Hitler ? Comment Aube dorée fonctionne ?

C'est indéfendable.

Sophie Avon : "Franchement, ce n'est pas un bon film"

Franchement, ce n'est pas un bon film et je suis d'accord avec tout ce qu'a dit Xavier. Néanmoins, les termes d' « indigne » et de « honteux» me paraissent un peu excessifs par rapport à cette fin. 

Ce que fait Diane Kruger est extraordinaire. Le film est mauvais mais elle est formidable. 

Fatih Akin et Diane Kruger sur le tournage de "In the Fade"
Fatih Akin et Diane Kruger sur le tournage de "In the Fade" / Pathé Distribution

Danièle Heymann : "d'un ennui absolument abyssal"

Le faux polar, la fausse enquête... Tout cela est inepte. Alors qu'on devrait être entraîné à la fois dans la tragédie intime et dans la tragédie politique - or non : rien !

Le procès est d'un ennui absolument abyssal. Effectivement il y a ce couple d'ados sympa, les petits nazis, très mignons, bien propres sur eux... On est saisis par l'incapacité de transmettre ce qu'on nous raconte. Comment se fait-il qu'Akin qu'on aime, qui a montré au contraire dans ses films précédents une hyper sensibilité, comment arrive-t-il à nous rendre absolument insensibles à cette tragédie et au travail remarquable d'une actrice qui fait tout ce qu'elle peut pour nous convaincre ?

Nicolas Schaller : "un ratage total"

C'est un petit miracle que Diane Kruger sorte indemne de ce ratage total.

Sur le papier déjà on se demande : comment peut-il se sortir d'un tel sujet aujourd'hui, avec l’actualité qu'on connaît ? Et d'aller à ce point s'enfoncer dans le pathos et dans les mauvais choix à chaque fois, c'est assez hallucinant.

Ecoutez

[SPOILER ALERT] Ecoutez toutes les critiques échangées autour de Jérôme Garcin sur In the Fade par Xavier Leherpeur (7ème Obsession), Danièle Heymann (Bande à part), Sophie Avon (Sud-Ouest) et Nicolas Schaller (L’Obs) :

Diane Kruger, Numan Acar
Diane Kruger, Numan Acar / Pathé Distribution

Aller plus loin

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.