James Bond peut-il perdurer sans se parjurer ? Le prochain film, "Mourir peut attendre", dans lequel l'agent secret le plus célèbre de l'histoire du cinéma est incarné pour la dernière fois par Daniel Craig, est-il sur le point de marquer un tournant dans la franchise, après #MeToo ?

L'actrice Lashana Lynch, qui va devenir le prochain agent 007 (extrait de l'une des affiches du film)
L'actrice Lashana Lynch, qui va devenir le prochain agent 007 (extrait de l'une des affiches du film)

Dans l'émission "Blockbusters", Frédérick Sigrist et ses invités se sont intéressés à l'œuvre du romancier Ian Fleming et le héros de ses romans, James Bond, propulsé à l'écran par EON Production depuis 1954. James Bond est le héros de ce que l'on peut bien appeler la première grande série de films d'espionnage. Elle porte avec elle une histoire cinématographique unique en son genre qui n'a cessé d'accompagner et de transcender les générations comme l'histoire de la Pop culture. 

De Sean Connery à Daniel Craig : une icône restée exclusivement masculine 

Tout le monde connait James Bond. Qui n'a pas déjà assisté à ce bon vieux débat pour déterminer le meilleur acteur ayant incarné le personnage ? Et même ceux qui n'ont pas vu les films ou lu les livres connaissent 007 : un charmeur, en smoking élégant, beau gosse ténébreux, sûr de lui-même et de ses intentions, muni de gadgets plus loufoques les uns que les autres, au volant d'une formidable Aston Martin (ou autre bolide prestigieux), souvent accompagné d'une jeune femme séduisante...

L'acteur Sean Connery interprète "James Bond 007 contre Dr No" 1963
L'acteur Sean Connery interprète "James Bond 007 contre Dr No" 1963 © AFP / EON PRODUCTIONS / COLLECTION CHRISTOPHEL

Depuis le milieu du XXe siècle, James Bond revient régulièrement sur grand écran poursuivre ses aventures - et, c'est important, en s'adaptant toujours à l'époque de la sortie. Robert Hospyan le soulignait dans "Blockbusters" : il y a eu le James Bond qui faisait de la blaxploitation (Vivre ou laisser mourir, 1973), le James Bond post-Star Wars (Moonraker, 1979), le James Bond un peu à la méthode des films d'action de Joel Silver des années 1980 (Permis de tuer, 1989)… Les films de la franchise sont de véritables marqueurs de leur époque. 

Le personnage de James Bond change régulièrement d'interprète, passant successivement par Sean Connery, Roger Moore, Timothy Dalton, Georges Lazenby, Pierce Brosnan et enfin Daniel Craig. Certains diront qu'ils ont un James Bond de référence, d'autres qu'ils sont tous aussi classes et géniaux les uns que les autres. D'autres encore diront aussi qu'il n'y a encore jamais eu de 007 au féminin ou de "James Bond boy", soit une nouvelle manière de considérer l'espion dans l'histoire de la franchise. 

Après "Mourir peut attendre", 007 peut-il un jour être incarné par une femme ? 

Oui, James Bond change au fil des années, réussissant le périlleux exercice de rester fidèle à son auteur, Ian Fleming, en se réinventant en permanence dans un monde qui bouge. Les personnages changent, les acteurs aussi. Sauf que jusqu'ici, le personnage a toujours été incarné par un homme… Mais cette tradition va-t-elle perdurer ? Le dernier opus, "Mourir peut attendre", dans lequel l'acteur Daniel Craig enfile pour la toute dernière fois de sa carrière le costume de l'espion anglais, est-il sur le point de marquer un tournant dans l'histoire de 007 ? 

En effet, dans la bande annonce du film, le directeur du MI6 nous informe qu'il a recruté un nouvel espion, un nouveau "double zéro" et qu'il s'agit d'une femme. C'est l'actrice britannique Lashana Lynch, qui a joué dans Captain Marvel notamment, et qui incarnera non pas une "James Bond girl", mais une espionne au même rang que James Bond lui-même. 

Les interrogations à son sujet sont légion depuis notamment qu'un article du Daily Mail informait en été 2019 qu'il s'agissait, selon une de leur source, ni plus ni moins de la nouvelle 007. 

À noter que l'autre grande nouveauté de ce dernier film, c'est une scénariste, Phoebe Waller-Bridge, auteure notamment des séries "Fleabag" et "Killing Eve". C'est la première fois qu'une femme scénariste contribue à l'histoire d'un James Bond. Elle déclarait dans Deadline en mai 2019 :

Il y a eu beaucoup de discussions pour savoir si [la franchise Bond] est encore pertinente aujourd'hui à cause de ce qu'il est et de la façon dont il traite les femmes. Je pense que c'est n'importe quoi. [...] Il faut seulement que ça évolue et que le film traite les femmes correctement. Lui n'a pas besoin de le faire, il doit rester fidèle à son personnage

Aux côtés des trois autres scénaristes du film que sont Cary Joji Fukunaga, Neal Purvis et Robert Wade, Phoebe Waller-Bridge est peut-être sur le point d'accomplir quelque chose d'inédit : un James Bond post #MeToo, une femme 007.

Il est vrai que, techniquement, 007 n'est qu'un matricule. Pourtant, nombreux sont les fans à vouloir préserver l'héritage d'un James Bond qui, il faut bien le rappeler, est un univers encore très nettement formulé par des stéréotypes de genre et un regard exclusivement masculins.

En voulant conserver cet ancrage cinématographique, le célèbre héros fait face, aujourd'hui, aux enjeux que pose actuellement le "Male-Gaze" ("regard masculin" en français) au cinéma : comme Enlil Albanna l'explique au micro de Blockbusters, "James Bond, c'est plus qu'un personnage, c'est une icône que tout le monde connaît. C'est devenu une vraie figure notable, une vitrine pour de nombreuses marques, un symbole de l'évolution du cinéma.

On se demande toujours comment James Bond doit et peut évoluer dans une industrie cinématographique qui a beaucoup changé.

Alors certes, si énormément d'éléments peuvent encore être apportés pour parfaire l'adaptation aujourd'hui, il faut tout de même concéder aux ères "Pierre Brosnan" et "Daniel Craig" d'avoir marqué la franchise dans le rôle attribué aux personnages féminins. 

Pierce Brosnan et Daniel Craig : l'âme des premiers Bond féministes ?

Si James Bond reste encore masculin, il ne faut pas oublier de rappeler que le directeur du MI6 et le supérieur direct de 007 était depuis le film Goldeneye (1995) une femme. Interprétée par Judi Dench, elle avait un pouvoir incomparable sur James Bond jusqu'à Skyfall (2012) où l'intrigue aura malheureusement raison d'elle. 

De même, les "James Bond Girl" jouent un plus grand rôle qu'auparavant et ne figurent plus uniquement comme simples objets de désir sexuel collectionnés par le héros : dans Le Monde ne suffit pas (1999), Sophie Marceau est l'une des grande méchante qui parviendra à duper Bond pour servir ses mauvaises intentions. Dans Meurs un autre jour (2002), l'actrice Halle Berry interprète Giacinta Jinx Johnson : c'est la première fois qu'une espionne se joint à lui pour jouer d'égal à égal. Elle affronte d'ailleurs la partenaire du grand méchant de cet opus, Miranda Frost. Un duel 100 % féminin. 

Impossible de ne pas citer Vesper Lynd dans Casino Royale (2006) interprétée par Eva Green, dont James Bond tombe éperdument amoureux ! Certes il en est de même avec George Lazenby dans Au service secret de sa Majesté (1969) mais, avec Daniel Craig, 007 poursuit le grand méchant responsable de la mort de celle qu'il aime jusqu'à Spectre (2015).  

Il faut aussi mentionner l'évolution du personnage de Monneypenny depuis Skyfall (2012) interprétée par Naomie Harris et qui est loin d'être restée celle qui est représentée comme étant la petite secrétaire sensible de "M" qui n'attend que d'être séduite par Bond pour exister. Désormais, elle intervient directement auprès de James. Rappelez-vous cette course poursuite spectaculaire dans Istanbul au cours de laquelle elle aide James comme agent sur le terrain et qui, pour tout vous dire, ne le loupe pas ! 

Aller plus loin

🎧 RÉÉCOUTER - Blockbusters : James Bond ne meurt jamais 

🎧 RÉÉCOUTER - Rendez-vous avec X : Dusko Popov ou le vrai James Bond

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.