Le réalisateur est décédé à l’âge de 86 ans. Boulimique et grande gueule, tel était Mocky : retour sur 70 ans de carrière, quelques 100 films réalisés et une envie qui, malgré les obstacles, ne l'a jamais quitté.

Jean-Pierre Mocky
Jean-Pierre Mocky © AFP

Jean-Pierre Mocky, de son vrai nom Jean-Paul Adam Mokiejewski, fait ses premiers pas devant une caméra dès 1942, en faisant de la figuration dans Les visiteurs du soir de Marcel Carné auprès de Simone Signoret et Mouloudji. Il a neuf ans. 

Après des études de droit et divers petits rôles, il est remarqué par Pierre Fresnay qui l’engage pour tenir le rôle d'Hippolyte dans un Phèdre modernisé. Puis, il se retrouve au Conservatoire où il suit les cours de Louis Jouvet avec Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle et Jean-Paul Belmondo. Il débute au cinéma en interprétant le poète d’Orphée de Jean Cocteau (1949).  

En 1958, Jean-Pierre Mocky écrit le scénario de La tête contre les murs, d'après un roman d'Hervé Bazin et s'apprête à le porter lui-même à l'écran.

Au dernier moment, les producteurs effrayés par sa jeunesse, l'obligent à confier la mise en scène à un cinéaste plus âgé, Georges Franju. Il devra se contenter de tenir le rôle principal, aux côtés de Charles Aznavour. L'année suivante, prenant sa revanche, il écrit et met en scène Les dragueurs. Cruel et mélancolique, le film est un succès. Le mot "dragueur" passe dans le langage courant.

Cynisme, humour noir, sexualité, provocation, anticonformisme qualifient ses films souvent tournés dans l’urgence et la colère. Il dénonce avec vigueur les défauts de la télévision, de l’administration, de la presse, de la politique ou le fonctionnement moutonnier des foules. 

Jean-Pierre Mocky a dirigé Bourvil, Fernandel, Francis Blanche, Michel Serrault, Jean Poiret, Catherine Deneuve, dans des rôles parfois à contre-emploi.

En fait, je crois que je suis l'un des derniers, sinon le dernier pamphlétaire du cinéma français.

Volontairement en marge, Jean Pierre Mocky s’autoproduit, pour garder son indépendance. Boudé par les distributeurs il rachète la mythique salle de cinéma parisienne Le Brady qu’il exploite entre 1994 et 2011. Il le revend alors et rachète l'Action Écoles dans le quartier latin à Paris qu'il rebaptise Le Desperado.

Il publie ses mémoires en 2001 sous le titre M le Mocky

En 2010, il avait reçu le Prix Henri-Langlois, pour l'ensemble de sa filmographie.

En 2011, il faisait son retour en tant qu’acteur dans le film de Mathieu Demy, Americano

En 2012, il avait tourné une série de quinze téléfilms tirés de nouvelles d'Alfred Hitchcock pour Canal +.

En 2015, il réalise trois courts-métrages avec Gérard Depardieu comme acteur principal.

Aller + loin

(RÉ)ÉCOUTER |  A rebrousse poil par Daniel Morin

(RÉ)ÉCOUTER | Si tu écoutes j'annule tout par Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek

(RÉ)ÉCOUTER | On aura tout vu par Christine Masson et Laurent Delmas

(RÉ)ÉCOUTER | Boomerang par Augustin Trapenard

(RE)VOIR | Le bonus belge du Septante Cinq Minutes de Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.