C’est un DVD très différent des autres. Et d’abord il s’agit de deux DVD et non d’un seul. Il faut donc parler d’un coffret. Et puis non, en fait c’est un livre. Un livre-coffret avec deux DVD ! C’est agréable les « objets » qui résistent aux définitions habituelles. Cela prouve que des éditeurs font des efforts pour concevoir des œuvres cinéphiliques dignes de ce nom. C’est donc bien le cas du coffret-livre-DVD intitulé « Jeux de Lang. Fritz Lang à Hollywood » qui inaugure la collection « Classics Confidential » chez Wild Side Vidéo. Passons sur le jeu de mots un peu vaseux même s’il n’est pas totalement gratuit, comme on le verra par la suite. Il rassemble deux films de la période américaine du cinéaste allemand : « La Femme au portrait » (1944) et « La Rue rouge » (1945) Deux films en mode mineur dans une formidable filmographie mais non deux films mineurs pour autant. Et d’abord parce que réalisés à un an d’intervalle, ils sont « jumeaux » : même casting principal (Edward G. Robinson, Joan Bennett et Dan Duryea), même genre de scénario (une adaptation littéraire), même production (la RKO), même histoire policière où la peinture joue un rôle particulier et déterminant et enfin même portait d’un homme ordinaire à qui il arrive une chose extraordinaire. Si ce n’est pas un cas unique dans l’histoire mondiale du cinéma, cela y ressemble, dans la mesure où, a contrario, il ne s’agit pas d’un diptyque car les deux œuvres sont totalement indépendantes l’une de l’autre…. La gémellité artistique de ces deux films est donc proprement étonnante. Pour aller vite, c’est un Lang qui aurait lu Simenon avec ces personnages masculins au bord du gouffre entre normalité et folie, entre gris clair et gris noir, entres feux verts et feux rouges. Alors assurément Lang joue avec nous et avec lui-même. Mais cet effet de miroir n’est absolument pas gratuit et il entre au contraire parfaitement dans l’univers habituel du cinéaste. Quant aux bonus des DVD, ils sont parfaitement à la hauteur de l’entreprise et même au-delà quand ils proposent via internet d’avoir accès notamment aux scénarios des deux films ainsi qu’au storyboard de l’un des deux.Mais le vrai succès de ce coffret réside peut-être dans son versant écrit. Jean Ollé-Laprune, cinéphile pur jus, a tenu la plume pour explorer les mille facettes des deux œuvres présentées. Tout y passe : Lang, les acteurs, la production, les tournages, la censure, etc. Avec son incroyable érudition, l’auteur nous donne l’impression que les deux films viennent de sortir et qu’il s’agit d’un vaste reportage sur du vivant ! On lit le tout d’une traite. Et on se dit qu’une belle collection est née qui conjugue l’écran et l’écrit avec bonheur qui fait de la rencontre du DVD et des bonus en image et en textes un mariage plus qu’heureux. De quoi nourrir notre appétit de cinéma ! Et, cerise sur le gâteau, ce coffret est aussi un superbe objet qui joue parfaitement avec l'esthétique des années 40. Bref, chapeau bas !Ah ! ça ira !La phrase de la nuit ?« Le lendemain, elle était souriante »Montel (chanson)

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.