un film de Arnaud Desplechinavec Benicio Del Toro, Mathieu Amalric et Gina McKee

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, Jimmy Picard, un Indien Blackfoot ayant combattu en France, est admis à l’hôpital militaire de Topeka, au Kansas, un établissement spécialisé dans les maladies du cerveau. Jimmy Picard souffre de nombreux troubles : vertiges, cécité temporaire, perte d’audition... En l’absence de causes physiologiques, le diagnostic qui s’impose est la schizophrénie. La direction de l’hôpital décide toutefois de prendre l’avis d’un ethnologue et psychanalyste français, spécialiste des cultures amérindiennes, Georges Devereux.

Inspiré d’une histoire vraie, Jimmy P. est l’adaptation du livre fondateur de Georges Devereux "Psychothérapie d’un Indien des Plaines". Publié pour la première fois aux États-Unis en 1951, l’ouvrage reflète la pluridisciplinarité singulière de son auteur, à la croisée de l’anthropologie et de la psychanalyse, dont la démarche a notamment ouvert la voie à l’ethnopsychiatrie. Il s’agit également du seul ouvrage de psychanalyse qui donne à voir l’intégralité d’une analyse, décrite minutieusement séance par séance.

Pour interpréter le rôle du psychanaliste, Arnaud Desplechin a fait appel à son comédien fétiche Mathieu Amalric. Celui-ci confie avoir commencé une analyse pour se préparer au film, et mieux savoir de quoi il retournait : "Je ne connaissais pas ce monde. C'est vrai que ça devient un monde d'aventures, qui a à voir avec la plongée sous-marine ", explique-t-il.En raison d'un budget réduit, Arnaud Desplechin a dû tourner son film rapidement et en simplifiant au maximum sa mise en scène. "Simplifier me permettait de me concentrer sur les deux hommes, et sur ce qui peut naître de conflit ou d'amitié entre eux ", explique le réalisateur. Il revendique également l'influence de François Truffaut et de John Ford, deux grandes figures du cinéma auxquelles il se réfère constamment : "John Ford et Truffaut, j'y pense tous les matins et tous les soirs ".

Benicio Del Toro
Benicio Del Toro © Why Not Productions / Nicole Rivelli

Mathieu Amalric avoue avoir été très intimidé par son partenaire, Benicio Del Toro, mais il s'est néanmoins servi de cette intimidation pour nourrir son personnage, lui-même troublé par Jimmy Picard : "J'ai travaillé sur le fait que j'étais impressionné par cet homme, par Benicio. J'ai essayé d'utiliser le fait d'être impressionné. Devereux le masque, physiquement, il prend des risques ".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.