Xavier Legrand a été sacré "meilleur réalisateur" à la Mostra de Venise pour son premier long métrage, "Jusqu'à la garde". Qu'en ont pensé les critiques du "Masque et la Plume" ?

Le film de Xavier Legrand est dans les salles depuis le 7 février 2018
Le film de Xavier Legrand est dans les salles depuis le 7 février 2018 © Haut et Court

Le premier long-métrage de Xavier Legrand commence à la manière d'un documentaire de Raymond Depardon sur la justice : pendant presqu'un quart d'heure, on est dans le bureau d'un juge. Un couple divorcé se dispute la garde d'un garçon de 11 ans. La mère (Léa Drucker) en réclame la garde exclusive ; le père (Denis Ménochet) veut sa part.

La juge ne sait pas quelle décision prendre - et le spectateur non plus (c'est un film où le spectateur travaille), d'autant que dans cette scène la mère a un air hostile et le père, qu'elle accuse de violences, a un côté presque touchant... Et ça marche, puisque la juge accorde aux parents la garde partagée du garçon. 

La suite est une plongée dans l'horreur

Jérôme Garcin, une fois n'est pas coutume, donne son avis - enthousiaste :

Je n'avais pas vu un premier film aussi maîtrisé depuis longtemps - et quand je dis maîtrisé, je parle de tout : scénario, mise en scène, image, direction d'acteur... Je suis fou de ce film !

Le film est le prolongement d'un court-métrage, avec la même idée et les mêmes acteurs, qui avait été primé à Clermont-Ferrand...

Pierre Murat : "très bien"

Le scénario est très habile, puisqu'il nous montre lors d'une scène familiale (celle du père) que lui-même, sans doute n'a pas eu une enfance heureuse. Et tout cela nous fait aller presque plus avec le père. Et brusquement, on dirait que le réalisateur choisit son point de vue : "Bon, maintenant j'ai assez joué avec le spectateur, maintenant je joue autrement, avec la mise en scène, l'horreur, l'angoisse".

Pierre Murat : "Tout le monde est très bien, mais Denis Ménochet : jouer avec autant d'intelligence un rôle de méchant : chapeau".
Pierre Murat : "Tout le monde est très bien, mais Denis Ménochet : jouer avec autant d'intelligence un rôle de méchant : chapeau". / Haut et Court

Eric Neuhoff : "On est saisis dès les premières minutes"

C'est bourré d'inventions, ça ne relâche pas une seconde la tension.

Je suis très ennuyé pour le réalisateur : il va avoir du mal à faire un deuxième film aussi bien...

Michel Ciment : "C'est un film remarquable"

C'est un Shining filmé par Pialat. On retrouve cet ogre, une sorte de colosse pathétique, vulnérable. Ce qui est très beau dans le film, c'est que bien sûr, il est du côté de la femme - c'est la violence faite à cette femme et à ses enfants - mais en même temps je trouve qu'il y a une forme de pitié pour le personnage principal... un peu comme dans Shining, où Nicholson est dans la neige glacée, on éprouve le sentiment de toute tragédie : l'apitoiement pour la victime d'un destin. Cette objectivité du regard laisse une grande liberté au spectateur.

Le mélange de Depardon et de Hitchcock, c'est-à dire le mélange de thriller et de réalisme je trouve ça absolument éblouissant.

Xavier Leherpeur : "Des films comme ça on en voudrait tous les jours !"

Il y a une façon de se mesurer, de se jauger, de se menacer dans le silence qui est extraordinaire !

Denis Ménochet est génial parce qu'il a un côté enfant meurtri, et Léa Drucker complète son jeu parce qu'elle est la victime mais elle a quelque chose de manipulateur, d'un peu dangereux et ambigü qu'elle mène jusqu'au bout de son interprétation.

Xavier Leherpeur : "Denis Ménochet est génial parce qu'il a un côté enfant meurtri, et Léa Drucker complète son jeu parce qu'elle est la victime mais elle a quelque chose de manipulateur, d'un peu dangereux et ambigü qu'elle mène jusqu'au bout"
Xavier Leherpeur : "Denis Ménochet est génial parce qu'il a un côté enfant meurtri, et Léa Drucker complète son jeu parce qu'elle est la victime mais elle a quelque chose de manipulateur, d'un peu dangereux et ambigü qu'elle mène jusqu'au bout" / Haut et Court

Ecoutez 

Aller plus loin

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Jérôme Garcin : "à ne pas voir quand on est en instance de divorce !"
Jérôme Garcin : "à ne pas voir quand on est en instance de divorce !" / Haut et Court
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.