La fièvre suscitée par "La graine et le mulet" est irritante. Certes, Abdellatif Kechiche est sans doute le premier cinéaste à traiter du quotidien et de l'amour d'une famille d'immigrés dans la France d'aujourd'hui. Mais la presse a vite fait de crier au génie, de célébrer le plus grand cinéaste du 21è siècle. On trouve même dans un hebdomadaire un critique qui regrette que le film ne dure pas une heure de plus. Sa durée est déja de 2h31... Arrêtez! N'enterrez pas Kechiche sous les fleurs. Oui, l'ancien acteur (magnifique chez Téchiné) et encore jeune cinéaste a beaucoup de talent pour rentrer dans l'intimité d'une famille, pour peindre avec finesse l'injustice sociale, les exclus du partage. Avec la communauté qu'il filme bien pour bien la connaître, il réussit ce que Guédiguian a su peindre dans "Marius et Jeannette" : un clan malmené par l'économie du pays qui survit grâce à l'amour.Mais pourquoi ne pas souligner aussi les défauts du réalisateur ? Dès que survient un conflit, le cinéaste n'a plus de recul. L'hystérie (déja sensible dans dans "L'esquive") le fascine. Dès que pointe un désaccord ou un conflit, il tourne la scène dans sa longueur et l'étire à l'extrême. Une épouse russe crie sa colère à son beau père parce que son fils la trompe? Nous serons spectateurs jusqu'au bout de sa crise. Des musiciens immigrés décident de se solidariser autour du père qui tente sa dernière chance dans un restaurant? Aucun de leurs atermoiements ne nous sera épargné. L'adolescente magnifique entame une danse du ventre pour faire patienter les clients énervés? La scène durera interminablement et l'émotion de ce moment magique cèdera la place à l'exaspération. Quel gâchis! Kechiche doit sans doute estimer que tout se dit, tout se filme, tout se regarde, et que rien de ce qu'il a tourné ne doit être écarté. N'a-t-il pas une trop haute opinion de son cinéma? "La graine et le mulet" aurait pu être un chef d'oeuvre. Mais le film est gâché par la complaisance de son metteur en scène à s'interdir systématiquement l'ellipse. Et peut-être aussi, hélas, à savourer son savoir-faire.

La graine et le mulet
La graine et le mulet © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.