Un film de Jean-Marie et Arnaud Larrieuavec Mathieu Amalric, Maïwen, Karin Viard, Sara Forestier et Denis Podalydès Professeur de littérature à l’université de Lausanne, Marc a la réputation de collectionner les aventures amoureuses avec ses étudiantes. Quelques jours après la disparition de la plus brillante d’entre elles qui était sa dernière conquête, il rencontre Anna qui cherche à en savoir plus sur sa belle-fille disparue...

Découvrez un extrait en exclusivité

L'amour est un crime parfait est l'adaptation du roman de Philippe Djian "Incidences" Jean-Marie Larrieu : "La lecture du roman, juste après la sortie de notre précédent film Les derniers jours du monde, a immédiatement cristallisé notre envie : les personnages existaient, il y avait une histoire puissante, des éléments comme la présence forte de la nature…"Arnaud : " … L’atelier de lecture, l’université, ce personnage d’intellectuel… plus ou moins criminel."JM : "En rencontrant Philippe Djian, nous avons eu confirmation que le roman se déroulait en Suisse. Nous avons vu cela comme un signe. A l’époque de Peindre ou faire l’amour (2005) nous avions eu cette formule en forme de boutade : « Un jour, on tournera un polar en Suisse ». Titiller un univers proche du polar nous a intéressé, nous n’avions jamais abordé le sujet du crime dans nos films."

Les comédiens

Mathieu Amalric
Mathieu Amalric © Gaumont Distribution
**Mathieu Amalric** _(C'est la quatrième fois qu'il travaille sous la direction des frères Larrieu)_ _JM :_ "Comme d’habitude, nous avons décidé de travailler en amont, mais comme d’habitude, les circonstances ont fait que Mathieu a enchaîné les films. Nous nous sommes retrouvés avec un Mathieu fiévreux et assez épuisé quand il est arrivé sur le tournage. Mais au fond, c’était très bien. Comme nous, il aime qu’il se passe "quelque chose" au moment où la caméra est enclenchée. On ignore si le texte va sortir de sa bouche. Lui-même ne sait pas s’il va y arriver. Mais quand sa créativité se cristallise, les choses démarrent d’un seul coup."_A :_ "La barre était haute, notamment au niveau de ces textes, très littéraires. Mathieu l’a franchie."
Maïwen
Maïwen © Gaumont Distribution
**Maïwen** _JM :_ Alors que Maïwenn a l’habitude, dans ses films en tant que réalisatrice, de laisser de l’espace pour l’improvisation, nous lui avons demandé de dire le texte à la virgule près. Quand un adjectif est inversé, on y tient !_A :_ "Une expression comme « Je me fais un sang d’encre » a pu la gêner. Elle nous disait que personne ne parle comme ça. Mais justement, on le sait et c’est ce que l’on recherche. Je pense que Maïwenn a réussi une vraie composition."
Karine Viard
Karine Viard © Gaumont Distribution
**Karine Viard** _JM :_ Nous avons conçu la relation entre Marc et sa soeur comme un rapport entre mari et femme, moins comme une étude de l’inceste. Ce qui nous semblait intéressant (et provoquant) c’était de montrer qu’un couple qui partage sa vie depuis des années, plus ou moins isolé, finit par ressembler à un couple incestueux. _A :_ Nous avons été très vite d’accord avec Karine sur l’idée de styliser son personnage, en allant quasiment jusqu’au cinéma américain des années 40 et 50, tout en imaginant un passage par David Lynch… Avec Karine, on s’amuse à déconstruire ce qu’elle a pu représenter au cinéma, le côté "pauvre fille" en souffrance. Nous en faisons plutôt une icône !
Sara Forestier
Sara Forestier © Gaumont Distribution
**Sara Forestier** _A :_ Avec Sara, c’est l’invention permanente._JM :_ C’est toujours très agréable et amusant car cela va dans le sens du film. A un moment, ils devaient s’embrasser avec le personnage de Mathieu Amalric et Sara a sorti subitement sa langue… C’était très amusant. Comme l’idée de la "sirène" dans la séquence de la piscine._A :_ Aucune prise ne se ressemble et il y a toujours des surprises, pour nous et pour le partenaire.
Denis Podalydès
Denis Podalydès © Gaumont Distribution
**Denis Podalydès** _JM :_ Par rapport au texte, Denis, c’est une Rolls Royce. Cette confrontation entre lui et Mathieu Amalric était intéressante : un comédien issu du théâtre face au pur comédien de cinéma. D’un côté, une mécanique très forte, de l’autre, un acteur qui patine un peu avant de démarrer brusquement. Mathieu rassemble sa présence au dernier moment, par panache. Denis joue de toutes les nuances possibles._A :_ Avec des acteurs de cette trempe, il ne s’agit pas de travailler à ce qu’ils soient "bons" plutôt que "mauvais". Mais ils peuvent chacun avoir une façon de faire qui les ramène à un personnage toujours un peu semblable : Karine une fille un peu psychologique, Denis un type en pantoufles qui fait des vannes, Mathieu et Sara, quarante mimiques à la seconde… Il s’agit d’aller au-delà de la routine et d’emporter le film dans une autre dimension. Ce qu’ils ont fait avec jubilation et complicité._JM :_ Nous avons travaillé avec eux comme avec des acteurs américains, comme si chacun ou chacune était une icône, loin du réalisme psychologique à la française.
### La filmographie des frères Larrieu - 2013 - L'amour est un crime parfait - 2009 - Les derniers jours du monde - 2008 - Le voyage aux Pyrénées - 2005 - Prendre ou faire l'amour - 2003 - Un homme un vrai - 2000 - La brèche de Roland - 1999 - Fin d'été
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.