En général, un écrivain qui réalise des films, c'est plutôt désastreux. Le film de Marc Dugain réussit-il à rompre la malédiction ? Les avis divergent, au "Masque et la Plume"…

Juliane Lepoureau dans le rôle de la très jeune infante d'Espagne Anna Maria Victoria, destinée à épouser Louis XV à l'âge de 4 ans
Juliane Lepoureau dans le rôle de la très jeune infante d'Espagne Anna Maria Victoria, destinée à épouser Louis XV à l'âge de 4 ans © High Sea Productions et Scope Pictures

L'échange des princesses est le deuxième film du romancier Marc Dugain, qui adapte ici le livre de Chantal Thomas. (que vous pouvez feuilleter ici)

L'histoire vraie d'un troc de fillettes : en 1721, pour mettre fin à 13 années de guerre entre la France et l'Espagne, le régent Philippe d'Orléans (Olivier Gourmet) a eu l'idée d'un double mariage : celui de la petite infante Anna Maria Victoria (4 ans) avec son cousin Louis XV (11 ans), et celui de sa fille, Mlle de Montpensier (12 ans) avec Don Luis (15 ans), prince des Asturies et héritier du trône d'Espagne. Des noces qui ont tourné évidement au fiasco trois ans plus tard.

Les quatre jeunes interprètes sont assez étonnants, la lumière (dans le clair-obscur) est signée Gilles Porte. En prime une princesse palatine campée par Andrea Férréol et un Philippe V, un peu au bout du rouleau, incarné par Lambert Wilson.

Pierre Murat : "Marc Dugain s'en sort très bien"

J'ai eu très peur au début. Les dix premières minutes laissent redouter un film très académique qui ne vaudrait que par la qualité de l'image (qui est magnifique) et des costumes (splendides)... et finalement Marc Dugain s'en sort très bien. Derrière l'anecdote, j'ai bien aimé la façon dont il montrait le rituel, ces cours, et qu'il les caricaturait beaucoup. 

Igor Van Dessel (Louis XV) et Catherine Mouchet (sa gouvernante, Me de Ventadour)
Igor Van Dessel (Louis XV) et Catherine Mouchet (sa gouvernante, Me de Ventadour) / High Sea Production et Scope Pic.

Xavier Leherpeur : "un peu trop sage"

Je trouve que ça manque de cruauté justement. Le film dans le decorum et dans la reconstitution c'est absolument parfait, impeccable. Ce qu'il faut d'explications repose essentiellement sur le dialogue et pas sur la mise en scène : je ne la ressens pas. On met des mots dessus, mais je voudrais un Greenaway, quelqu'un qui, à l'image même, traite de la violence qui est faite à ces gamins-là.

J'ai l'impression qu'il se réfugie derrière des images toute faites : pour filmer la solitude on met une toute petite fille dans des longs couloirs où elle est toute seule, avec des drapés bien épais, où la lumière ne filtre pas... On met la gamine la tête contre la fenêtre, qui regarde à l'horizon, un peu perdue...

Tout cela sur le papier fonctionne mais je trouve qu'en terme de cinéma pur, il y a des moments où le film est un peu trop sage et se contente d'illustrer plutôt que d'incarner. 

Danièle Heymann : "un travail de réalisation et d'historien assez magnifique"

Le rapport à l'Histoire de Marc Dugain est toujours passionnant. J'ai pris un plaisir fou à ce fou à ce film. 

C'est un travail de réalisation et d'historien assez magnifique. 

Anamaria Vartolomei campe la seule rebelle dans ces mariages arrangés par son père : Mlle de Montpensier
Anamaria Vartolomei campe la seule rebelle dans ces mariages arrangés par son père : Mlle de Montpensier / High Sea Productions et Scope Pictures

Sophie Avon : "très impressionnant"

J'aime beaucoup le film ; je le trouve très impressionnant parce qu'il arrive à mêler quelque chose de très lumineux, avec l'enfance, et de très sombre, avec la mort très présente dans le film. 

Ce qui est très beau, c'est que l'enfance justement, que les adultes sacrifient, nient... on ne voit que ça à l'écran. Même quand les enfants consentent à ces mariages (à part la petite adolescente rebelle, les autres accompagnent) ils sont rattrapés par leur nature d'enfant.

En même temps, c'est un film très noir, très cerné par la mort, parce que c'est une époque aussi où on ne vit pas vieux : il y a des pestes, des guerres.... C'est la beauté du film d'être à la fois dans l'enfance et dans la noirceur de la mort

Ecoutez 

Ecoutez l'intégralité des échanges entre les critiques sur ce film

8 min

"L'échange des princesse" de Marc Dugain : les critiques du Masque et la Plume

La jeune infante d'Espagne à la cour de France
La jeune infante d'Espagne à la cour de France / High Sea Productions et Scope Pictures

Aller plus loin

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.